Abraham, Israël et le renouveau universel du monothéisme

“Regarde le ciel et compte les étoiles… Ainsi reprit-il, sera ta descendance” (Gen. 15, 4).

Le Patriarche Abraham est-t-il le précurseur du monothéisme, véritable  révolution spirituelle et éthique, comme on le considère généralement? Le premier Patriarche est-il donc l’initiateur de la foi en un seul et unique D.ieu, foi à laquelle adhèrent le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam? En quoi cette interrogation est-elle porteuse de signification pour  la quasi-totalité de l’humanité?

Abraham est considéré comme le «père des Croyants» (donc du monothéisme) car on trouve pour la première fois dans la Bible le verbe «avoir foi» en Dieu (בַּיהוָה»   «וְהֶאֱמִן – «Et il eut foi en l’Éternel» Gen. 15, 6). A cette thèse, s’oppose celle du célèbre   talmudiste et kabbaliste Adin Steinsaltz (né en 1937) qui soutient  l’idée  que  «la foi en un Dieu Un, Unique… n’est en rien une nouveauté… Le monothéisme ne constitue point un progrès significatif dérivant du polythéisme. Le monothéisme lui est bien antérieur…».  Selon ce dernier, Abraham, originaire du monde païen, est celui qui redécouvre les valeurs perdues du monothéisme qui furent celles d’Enosh. A la fois héritier d’une antique tradition et gardien fidèle de cette connaissance, Abraham a pour mission de  diffuser celle-ci à travers le monde. La grandeur morale du Patriarche apparaît dans son aptitude à «démocratiser» la connaissance de Dieu-Un et la renouveler à travers ses descendants, le peuple d’Israël.

Quelle est donc la source de cette antique tradition?

«וּלְשֵׁת גַּם-הוּא יֻלַּד-בֵּן, וַיִּקְרָא אֶת-שְׁמוֹ אֱנוֹשׁ; אָז הוּחַל, לִקְרֹא בְּשֵׁם יְהוָה».

 «A Seth, aussi, il naquit un fils; il lui donna pour nom Énosh. Alors on commença d’invoquer le nom de l’Éternel». (Gen. 4, 26)

Le verbe הוּחַל «on commença», à invoquer le Nom de Dieu a pour origine la racine «ח.ל.ל.», «commencer». Autrement dit, consécutivement à la naissance d’Énoch, fils de Shet, père de toute l’humanité après le meurtre d’Abel par Caïn, Enoch redécouvre la connaissance du Dieu, Créateur de tout l’univers, devant lequel se promenait Adam au jardin d’Eden, connaissance qui s’était voilée après qu’Adam en eut été chassé. Le pionnier de la connaissance et du dialogue avec la divinité est ici Énoch et non point Abraham (*1). Le mérite d’Abraham réside dans sa recherche spirituelle qui le conduit à la pleine révélation divine.

«וַיִּקְרָא בְּשֵׁם יְהוָה»(*2)

«Il (Abraham) proclama le nom de l’Éternel». (Gen. 12, 8)

David dans un Psaume appelle le Dieu d’Israël: «le Dieu d’Abraham», le Dieu qui demande aux hommes, fils d’Abraham, de le découvrir assidûment dans une quête perpétuelle:

«נְדִיבֵי עַמִּים, נֶאֱסָפוּ– עַם, אֱלֹהֵי אַבְרָהָם:כִּי לֵאלֹהִים, מָגִנֵּי-אֶרֶץ– מְאֹד נַעֲלָה».

 

«Que les plus nobles d’entre les nations (peuples) s’assemblent, le peuple du Dieu d’Abraham! Car de Dieu relèvent ceux qui sont les boucliers de la terre: il est souverainement élevé». (Psaumes 47, 10).

Tous les hommes s’uniront un jour prochain dans la recherche de la connaissance de Dieu, sur les pas d’Abraham et d’Énoch et les peuples (עַמִּים, amim) divisés par la jalousie, la recherche effrénée du pouvoir, la guerre finiront par se redécouvrir comme faisant partie d’un même peuple (עַם, am) et se tendre la main en invoquant Dieu. Ces peuples seront disposés à recevoir le message monothéiste d’Abraham, le «אַב-הֲמוֹן גּוֹיִם», «père d’une grande multitude» (Gen. 17, 5). Alors, Abraham, et avec lui sa descendance, Isaac, Jacob et les Fils d’Israël, aura accompli sa noble et grande mission. Abraham s’avère être la mémoire vivante, la flamme sacrée de l’idée et de l’éthique monothéistes. Sa vocation consiste à remédier à l’amnésie spirituelle humaine, revivifier la Parole divine dans le cœur de tous et rappeler dans un esprit d’amour que nous sommes tous sans exception les enfants d’un seul et unique Père:

«הֲלוֹא אָב אֶחָד לְכֻלָּנוּ, הֲלוֹא אֵל אֶחָד בְּרָאָנוּ»

«N’avons-nous pas tous un seul père? N’est-ce pas un seul Dieu qui nous a créés?» (Malachie 2, 10)

 

Haïm Ouizemann

 

(*1) Le commentateur du Moyen-âge Rashi (1040-1105), se basant sur l’ambiguïté de la racine «חלל» pouvant avoir le sens de «profaner»,  interprète le verset cité:

«אָז הוּחַל, לִקְרֹא בְּשֵׁם יְהוָה».

 «Alors on commença d’invoquer le nom de l’Éternel». (Gen. 4, 26) ainsi: «On donnait aux hommes et aux plantes des noms du Saint béni soit-Il, en leur rendant un culte idolâtre et en les désignant comme des dieux».

(*2) En Hébreu, il faut distinguer entre «-«יִּקְרָא בּ  («invoquer le nom de…») et יִקְרָא ל-» »  («désigner du nom de…» Jérémie 33, 16)

32 Responses to Abraham, Israël et le renouveau universel du monothéisme

  1. vandericken daniel says:

    Découverte du site Extrèmement int&reesant et enrichissant….daniel

    • Haïm says:

      Daniel shalom,
      Nous n’en sommes qu’au debut. Inscrivez vous a notre newsletter. Merci a vous.
      Cordial shalom,
      Haim O.

  2. COUGNON says:

    La foi en un Dieu unique ne semble en effet pas naître avec Abraham.
    Si on suit la chronologie biblique Adam et Eve qui sont chassés de l’Eden, ne sont pas les 1er humains sur terre. Là, attention, je me place dans le coté “historique” biblique. Puisque la Bible est aussi une chronologie du monothéisme.
    Leurs fils sont déjà agriculteurs et éleveurs, donc déjà une humanité évoluée.

    Maintenant si on se tourne vers les religions asiatiques, en particulier ce que nous, occidentaux, appelons Hindouisme. On découvre que la notion de Créateur éternel et un, existe et depuis la nuit des temps. Mais on ne le prie pas, parce qu’il fait son travail, imperturbable, éternellement de faire et défaire l’univers et tout ses composants, dont nous.
    Le Dieu personnel est bien unique, il porte toutes les projections, toutes les composantes possibles des caractères humains. De la violence la plus inimaginable à l’amour tout aussi extrême. D’où une profusion de noms, de représentations… qui ont en plus la caractéristique de changer selon les régions.

    La seule réelle différence est que le Dieu du judaïsme, (christianisme et islam inclus) est à la fois créateur donc impersonnel, et chemin spirituel donc personnel.

    Donc oui, j’aurai tendance à penser que le monothéisme qui naît avec Seth est la rencontre d’un monothéisme profondément asiatique et d’un polythéisme occidental.
    Et je pense que le tout début de la Bible l’exprime très franchement. Mais je n’ai pas le temps, ici de développer plus.

    • Lisa Joly says:

      Il me semble qu’un monothéisme a existé en Egypte à l’initiative d’un pharaon. Le mari de Néfertitiqui se disait incarnation du soleil ainsi que sa compagne? Je croie que son nom était Aménophis 4 mais qu’il l’a changé en Akénaton.
      Il me semble que c’était il y a environ 3000 ans.Je ne sais pas quelle est la date des premiers textes hébraïques attestant du monothéisme. Merci de me le dire si vous le savez.
      cordialement
      Lisa Joly

      • Haïm says:

        Lisa shalom,
        Vous avez raison. Akhenaton aurait introduit le monotheisme en Egypte mais nombreux sont les chercheurs qui s’opposent a cette vision. Ils avancent l’idee de monolâtrisme ou d’hénothéisme. Selon ces specialistes des religions, il ne s’agirait pas d’un monotheisme mais d’une forme primitive de polytheisme. Akhenaton aurait parmi un pantheon de dieux innombrables prefere mettre l’accent sur le culte d’un seul dieu, Aton. Les autres dieux restant secondaires.
        A ma connaissance, nous n’avons pas encore retrouve de textes hebraiques attestant du monotheisme. Le temoignagne de ce monotheisme apparait dans la Bible ( le Tanakh). Le nom d’Israel apparait pour la premiere fois sur la stele de Merenptah:
        http://fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A8le_de_M%C3%A9renptah
        Cordial shalom,
        Haim O.

        • cathou says:

          Il faut rappeler que monothéisme signifie: un seul Dieu créateur.
          Akhénaton semble vouloir rentre un culte au dieu soleil uniquement. Source de vie et de lumière. Difficile en effet de savoir s’il s’agit d’un balbutiement de monothéisme. Puisqu’en dehors de lui rendre des cultes ce dieu soleil ne semble pas avoir fourni de philosophie de vie. Ce qui est la base de toute spiritualité.
          La stèle de Merenptah date de l’époque où Israel existe comme pays. Plusieurs siècles après l’exode. Là le monothéisme hébreu est bien implanté.
          Tout ce que la Bible nous explique c’est qu’à un moment, des humains venant de quelque part (je pense que ce jardin d’éden nous fournit 1° LA caractéristique humaine qui est le désir, représenté par cet arbre. et l’humain va se découvrir porteur de désirs.
          2° Mais aussi un mouvement avec la sortie de ce jardin.
          N’oublions pas que Cain et Abel ne sont plus des hommes préhistoriques. Ils cultivent la terre, ils élèvent le bétail.
          Ils portent à la fois la symbolique de ce désir tellement important qu’il va aller jusqu’au meurtre.
          Mais ils portent aussi une indication dans le temps. La pensée du Dieu unique commence avec un humain qui a déjà une certaine évolution.
          Et visiblement cette pensée va avoir bien des difficultés à se développer au milieu des autres religions de l’époque.
          N’oublions pas que le déluge est relaté dans un autre récit que la Bible: 12 tables d’argile relatant l’épopée de Gilgamesh, et ce récit est écrit à la 1ère personne:je. et parle des dieux
          Alors que dans le récit biblique c’est Noé.
          (il) et parle de Dieu.
          Il y a là de quoi réfléchir un peu, encore….

  3. COUGNON says:

    J’ai écrit Seth, parce que la bible en français que j’ai dit: “A Seth, lui aussi, naquit un fils qu’il appela du nom d’Esnoch. On commença dès lors à invoquer le nom du seigneur”. Pour moi cette invocation commence avec la naissance d’Esnosh.
    Mais il ne fait aucun doute qu’il y a bien séparation avec un Dieu, ou des Dieux : “voici que l’homme est devenu comme l’un de nous” gén4; 22. à un moment, représenté par
    Adam et Eve chassés de l’Eden. La croyance en un dieu unique re commence avec Seth ou Esnoch. Abraham on a un monothéisme déjà plus émergent qui va se développer jusqu’à Moïse.

    Je continue de penser qu’on a vraiment une rencontre entre un monothéisme déjà bien installé et un polythéisme tout aussi bien installé. Mais au fond en écrivant cela, il serait très intéressant de mieux comprendre le polythéisme…. par exemple celui des égyptiens…. plusieurs Dieux créateurs, OUI, mais on trouve toujours un DIEU plus puissant, qui domine les autres…. C’est peut être là, à approfondir.
    C’est tellement intéressant la genèse!!!!

  4. Jules Rakotonanahary says:

    Merci pour l’explication que vous avez donnée à propos de l’origine du monothéisme. C’est vrai que les croyants en Dieu semblent ne connaître qu’Abraham,le père de notre foi, et oblient complètement ce verset de Gen.4:26, pourtant très important.
    Pourtant quelque chose m’embarrasse dans votre exposé.En quoi,Shet est-il le père de toute l’humanité?

    • Haïm says:

      Jules shalom a vous,
      A propos de votre question sur Shet, le pere de l’Humanite.
      2 raisons principales expliquent le fait selon lequel Shet est le pere de l’humanite:
      a- biologique.
      b- spirituelle.

      a- la dimension biologique:
      Revenons aux sources:

      1- “Adam connut de nouveau sa femme; elle enfanta un fils, et lui donna pour nom Seth: “Parce que Dieu m’a accordé une nouvelle postérité au lieu d’Abel, Caïn l’ayant tué.” ( Gen. 4, 25). Nous apprenons la naissance de Seth apres qu’Abel eut ete assassine par son frere Cain, le premier ne laissant aucune posterite. Cain par la suite verra toute sa posterite disparaitre lors du deluge, ne laissant lui aussi aucune posterite.

      2- “Seth, ayant vécu cent cinq ans, engendra Énosh” (Gen, 5, 6).
      3- “Lamec (descendant d’Enosh), ayant vécu cent quatre-vingt-deux ans, engendra un fils” (Gen 5, 28). Ce fils est Noe, le seul survivant apres le Deluge (sans oublier l’epouse de Noe, ses 3 enfants et leurs 3 epouses respectives).

      Selon le commentateur du Moyen Age, Rashi le terme hebraique bén (« fils ») est de la même famille que le verbe “construire ” ( racine du verbe B.N.H= בנה). C’est sur lui que sera reconstruit le monde (Midrach tan‘houma Beréchith 11).

      De plus le nom propre Seth, en hebreu שת ( les 2 dernieres lettres de l’alphabet hebraique), signifie fondation ( d’apres le verbe mettre. voir Gen. 46, 4) sur laquelle repose l’Humanite.

      b- la dimension spirituelle et ethique
      “Adam, ayant vécu cent trente ans, produisit un être à son image et selon sa forme, et lui donna pour nom Seth”.( Gen. 5, 3)
      Vous remarquez que Seth est le seul homme avec Adam, le pere de l’humanite sans aucune distinction d’origine, portant l’image de Dieu. Chez Abel et Cain,nous ne trouvons dans la source biblique aucune reference se rapportant a l’image de Dieu. Cette image fait reference au niveau spirituel et ethique de Seth.

      Les deux dimensions biologique et ethique sont donc necessaires au maintien de l’Humanite dont l’origine remonte a Adam et a Seth.

      J’espere avoir repondu a votre question, Merci a vous,
      Cordial shalom,
      Haim O.

  5. Jules Rakotonanahary says:

    Ne pensez-vous pas qu’il serait suffisant de se remettre à Exode 20 pour comprendre notre monothéisme?A mon avis il n’est pas le mélange de plusieurs concepts asiatique et occidental.

    • Haïm says:

      Jules shalom,
      le monotheisme apparaissant dans la Bible est un monotheisme pur car, comme vous le faites si justement remarquer, il ne peut supporter le syncretisme. La source de cette idee est:
      “Reconnaissez maintenant que c’est moi, qui suis Dieu, moi seul, et nul dieu à côté de moi!” ( Deut.32, 39).
      “רְאוּ עַתָּה, כִּי אֲנִי אֲנִי הוּא, {ר}וְאֵין אֱלֹהִים, עִמָּדִי”
      Cordial shalom
      Haim O.

      • cathou says:

        Oui je suis tout à fait d’accord avec toi, Haïm.
        Mais il est à noter que les humains vont avoir beaucoup de difficultés à accepter cette notion de Dieu unique. Ils vont, souvent, très souvent, se laisser tenter par le polythéisme des autres peuples alentours.

        • Haïm says:

          Cathou shalom,
          Notre role est d’enseigner la voie du monotheisme et du respect. Notre croyance en Dieu doit nous conduire a plus de tolerance a l’egard de notre prochain. Le religions ont trop souvent tente de s’imposer par la force. Le judaisme en a souffert durant des siecles. Nous tentons d’etre d’etre fidele a l’esprit biblique et de vivre a la lumiere de Dieu en repoussant le polytheisme sous sa forme moderne a savoir la domination du materialisme, de l’hedonisme et de l’egoisme.
          Haim

          • cathou says:

            Oui Haïm,tu as tout à fait raison.
            C’est pourquoi je trouve important de souligner que le monothéisme ne s’est pas construit en un jour.
            Il a fallu du temps, beaucoup de temps.
            La Bible décrit très bien les faiblesses des hommes…
            Au fond, elles sont toujours les mêmes aujourd’hui, et nous devons tous être vigilants. Et ce n’est pas toujours faciles.. nous ne sommes que des humains!

          • Haïm says:

            Cathou shalom,
            Je te rappelle que la Bible ne cache pas les defauts des grandes figures bibliques. On reviendra a propos de ce sujet. La grandeur des hommes reside justement dans leur faiblesse qu’ils se doivent de reconnaitre et de surmonter. Finalement nous ressemblons a ces grandes figures bibliques. En les rencontrons, lors de notre etude, nous faisons face a nous-memes. Rencontre parfois difficile mais regeneratrice.
            Haim

    • cathou says:

      Oui bien évidemment que la Bible nous suffit pour comprendre le monothéisme, et notre foi en Dieu.
      Mais j’aime relier les divers spiritualités. On finit par se rendre compte que malgré de grosses différences, le fondement est identique. Ce qui nous relie tous fraternellement. C’est quelque chose d’important pour moi.

      • Haïm says:

        Cathou,
        tu as tout as fait raison. Malgre les differences de culte, les grandes spiritualites finissent par se rencontrer. Finalement, c’est le respect et l’amour de l’autre qui doivent conduire notre vie. Le Judaisme pretend que l’essentiel ne consiste point a respecter uniquement les regles liturgiques mais aussi d’etre dispose a ecouter notre prochain et repondre a ses besoins. L’indifference s’avere etre le pire des maux.
        Haim

        • cathou says:

          A ce sujet, Haïm, voilà une belle leçon bouddhiste: “un disciple de Bouddha décide d’apprendre à marcher sur l’eau, comme le Maître. Pendant des jours et des jours, des mois et des mois il s’entraîne, et le voilà enfin, victorieux et heureux devant le Bouddha, expliquant qu’enfin il sait marcher sur l’eau, et le Bouddha de lui répondre: “voilà la belle affaire, à quoi cela va te servir de marcher sur l’eau alors qu’ il te suffit de prendre une barque. Pendant tout le temps que tu as passé à t’entraîner tu as négligé de voir le malheureux affamé, allongé au bord de l’eau.”
          Belle leçon à appliquer, qu’on retrouve dans toutes les religions.

          • Haïm says:

            Cathou shalom,
            J’apprecie particulierement la parabole bouddhiste qui n’est pas sans rappeler l’exegese biblique a propos de Noe. Selon cette exegese Noe aurait mis 120 ans pour edifier l’arche qui lui permettra de sauver sa vie, celle de sa femme, celle de ses trois filles et trois gendres. Apres l’aneantissement de la terre et la disparition de tous les etres en raison du deluge qui s’abbatit sur le monde, Noe se mit a se lamenter et a s’interroger sur cette destruction massive. Dieu, alors, lui aurait dit “Ou etait tu donc pendant 120 ans ? Qu’as tu donc fait pour tes semblables? Juste construire une arche?”. Abraham, a l’oppose de Noe, ose contredire Dieu et est dispose a sauver l’humanite meme s’il s’y trouve des hommes disposes a faire le mal: “Loin de toi d’agir ainsi, de frapper l’innocent avec le coupable, les traitant tous deux de même façon! Loin de toi! Celui qui juge toute la terre serait-il un juge inique?”( Gen. 18, 25).
            Notre devoir est donc de ne pas demeurer indifferent a la souffrance de l’autre et etre dispose a ecouter la voix de notre conscience. Le texte biblique est tres claire a ce sujet: “…ne sois pas indifférent au danger de ton prochain: je suis l’Éternel” ( Lev. 19, 16).
            Le defi d’aujourd’hui lance a l’humanite est d’agir pour le bien de l’autre.

  6. COUGNON says:

    NON, flute, je n’ai pas trouvé pour me corriger, En Asie il ne s’agit pas de monothéisme, mais d’athéisme: sans Dieu créateur. Le monothéisme semble donc bien être la rencontre entre un mode de pensée non théiste et un mode de pensée polythéiste.
    Nait il quelque part dans le croissant fertile??? La Bible le suggère.
    Maintenant Seth: père de toute l’humanité.. je ne suis pas vraiment d’accord. Adam et Eve ont d’abord 2 fils Cain et Abel. Après le meurtre de son frère Cain est chassé de ses terres, ailleurs il trouve une femme et établi une descendance. (donc présence d’autres humains)
    Si Adam, Eve, Cain et Abel établissent la réalité de l’humain: retenu à la terre à cause de ses désirs, avec Seth et Enosh l’humain se rapproche du divin. Mais on a aussi une généalogie qui commence. Un peuple qui se dessine.
    Pour en revenir à Adam et Eve. Dans l’eden ils vivent sans désirs, proches de Dieu, mais Dieu en les chassant dit: “voilà l’homme devenu comme l’un de nous”. Non seulement le pluriel est étrange, (reste de polythéisme dont la Bible a voulu garder la mémoire???) mais cette phrase démontre que Dieu est aussi porteur de désirs, tout comme l’humain. On a là le Dieu personnel, la partie divine que tout homme porte en lui qui apparaît.
    Abraham, oui est la figure du monothéisme tel qu’il nous est transmis encore aujourd’hui.
    Maintenant là aussi pour moi il est plus patriarche d’un peuple que de toute l’humanité. Dire qu’Abraham est le guide de tous revient à dire que le monothéisme est le seul chemin vers Dieu… Je n’arrive pas à être aussi affirmative.

  7. Ivonne Alicia Scarpati Desclouds says:

    Bonjour depuis la Suisse où je découvre votre blog. Vu que je dois passer des examens concernant le cours d’hébreu débutant, j’y trouve la possibilité de tester mes connaissances en hébreu. D’ailleurs, par rapport à la citation :
    «וַיִּקְרָא בְּשֵׁם יְהוָה”2″ = «Il (Abraham) proclama le nom de l’Éternel». (Gen. 12, 8), j’ai de la peine à saisir que וַיִּקְרָא correspond à : “il (Abraham)”. Pourriez-vous, svp, m’aider à comprendre ? Parallèlement, je suis contente d’y reconnaître “שֵׁם” (=nom) + la préposition “בְּ” (=dans) et aussi “יְהוָה”. Quant à ce dernier qui fait référence au nom de Dieu, je suis surprise de lire votre traduction : “l’Éternel” car j’apprends à utiliser “Adonay”. Quel est votre raisonnement pour traduire de la sorte au lieu d’Adonay ? Par ailleurs, j’apprécie lorsque vous intégrez des phrases en hébreu dans un texte en français.Par exemple lorsque vous parlez des peuples et ajoutez le mot en hébreu (עַמִּים, amim). SVP, répétez-le plus souvent pour renforcer la reconnaissance de mots en hébreu et sa traduction en français ;-) Merci de votre blog. J’y reviendrai ! Dans l’espoir que vous donnerez un bon accueil à ce message, je vous en remercie d’avance et reste dans l’attente de vos nouvelles. שלום

    • Haïm says:

      Ivonne shalom,
      Bienvenue sur ce nouveau blog qui se veut etre a la fois un lieu de debat et d’interrogation. J’apprecie votre savoir et tiens a tout d’abord repondre a la question relative au Nom de Dieu. Comment traduire le Nom de Dieu? Il va sans dire que toute traduction est une forme de “trahison” du texte original ( En italien: Traduttore, traditore). Votre remarque quant a la traduction de יְהוָה par “l’Eternel” est tout a fait pertinente. Je vous l’accorde volontiers et adhere pleinement a votre reflexion. A ce sujet, je vous invite a vous reporter au troisieme portique du livre d’Andre Chouraqui intitule “Le Nom trahi” (“Moise”-Edition Flammarion) qui repond, je le crois, a votre question et prefere conserver le terme “Adonay”. Toutefois, qu’il me soit permis de rajouter une reflexion personnelle fondee sur l’exegese traditionnelle du Nom ineffable:
      Le Nom יְהוָהest compose des trois temps, passe (היה- Haya)-present (Ove-הוה)-futur (Yehave-יהוה). Autrement dit, Sa Presence- Celle d’יְהוָה (Ove-הוה ou immanence divine) est bien reelle en ce monde mais le Tetragramme indique egalement qu’יְהוָה se place au-dessus de Sa Creation (היה- Haya/(Yehave-יהוה-Transcendance divine). L’emploi du terme “Eternel” fait reference a cette reflexion selon laquelle יְהוָה se revele a travers le temps, l’Histoire humaine et non point seulement a travers la Nature. La Bible, nous y reviendrons dans notre blog, s’attache a la dimension immanente de יְהוָה. Ce Nom, aujourd’hui, dont nous ignorons totalement la veritable prononciation (Seuls les pretes/ Cohanim possedaient la prononciation originale- C’est pourquoi dans notre quotidien nous invoquons Hashem pour dire “Le Nom”)fut revele aux Prophetes d’Israel afin que nous tentions d’integrer le transcendant au coeur de l’immanent. Tel fut la force de ces Prophetes.
      Quant a votre question portant sur ” וַיִּקְרָא בְּשֵׁם יְהוָה” = «Il (Abraham) proclama le nom de l’Éternel». (Gen. 12, 8), je vous rappele qu’il fait naturellement suite au verset: “L’Éternel apparut à Abram et dit :”C’est à ta postérité que je destine ce pays.” Il bâtit en ce lieu un autel au Dieu qui lui était apparu”.(Gen. 12, 7). Le sujet est donc bien Abram.
      “וַיִּקְרָא” en raison du vav conversif (ן) se transforme d’inaccompli en accompli. (le futur devient passe).

      Merci pour vos encouragements et vos questions qui enrichissent le contenu de ce blog.
      Je vous souhaite de reussir vos examens et espere avoir repondu, du moins en partie, a vos interrogations.
      Cordial shalom,
      Haim O.

      • Ivonne Alicia Scarpati Desclouds says:

        Haim Shalom,
        Un grand merci pour vos réponses qui me sont utiles dans l’apprentissage de l’hébreu ainsi que dans la compréhension de votre traduction. Je vais imprimer votre réponse pour mieux l’étudier.
        Au plaisir de vous lire dans votre blog.
        cordial shalom,
        Ivonne A.

  8. Manoëlle says:

    Moi, je trouve que tout ce qui a été dit est dans les normes car la Bille l’a énoncée.

  9. cathou says:

    En français la traduction donne “Eternel”et “Seigneur” principalement. Oui la prononciation du mot DIEU est perdue. Dommage, mais je pense que oui, comme dit Haïm il y a cette notion d’intemporel: à la fois présent, passé et futur.
    Moi je reste sur le français, et avec “Eternel” on a cette dimension d’éternité qu’est la création, mais aussi l’amour, la compassion et la paix, et paradoxalement je pense aussi la haine et la violence.
    Avec “Seigneur” on a vraiment la notion de Dieu le père, qui guide et protège.

    • Haïm says:

      Cathou shalom,
      En effet ta reflexion sur le Nom de Dieu “l’Eternel” (le tetragramme en hebreu) est tres pertinente. Elle rejoint la these des Sages d’Israel. D’apres la vision de ces derniers, le Nom יהוה indique la compassion, l’indulgence et l’amour.
      Toda rabba,

  10. cathou says:

    Bonjour Haïm
    Ah c’est intéressant ça!!!!
    En français le mot DIEU vient de dei: briller.
    deiwo et dyew venant de l’indoeuropéen, qui servait à désigner le ciel lumineux considéré comme divinité et êtres célestes.
    Nous retrouvons cette racine dans diurne, divin, deviner….
    Donc en français le mot DIEU aurait finalement plus une notion de guide.
    Ce petit nom de quelques lettres est très important parce qu’il définit la réalité de DIEU. Non une espèce de chose assise sur un fauteuil et décidant de la pluie ou du beau temps selon l’humeur.
    Je pense que c’est très important de réfléchir sur ce petit mot… au nom duquel le meilleur se fait, mais aussi le pire (on tue au nom de Dieu, ne l’oublions pas.

  11. cathou says:

    En écrivant au dessus, je pense…
    Tu confirmes ce que mon développement donne qu’on trouve aussi dans le tétragramme compassion, indulgence et amour.
    Si on continue ce raisonnement, l’Occident dissocie le bien du mal, mais l’Asie ne les dissocie pas: le bien et le mal font partie intégrante et à égalité de notre univers, de notre vie.
    Donc pourrait on envisager que le tétragramme indique aussi le mal (haine, jalousie ou autre de ce genre)???
    et au fond ce pourrait être une raison pour que la prononciation disparaisse, parce qu’on a considéré dangereux de laisser le mal sur le Nom de Dieu??????????

    • COUGNON says:

      Peut être: Colère??? plutôt que haine… en réfléchissant.

      Et je me demande, suite à la question de Ivonne Alicia, alors là c’est impertinent, mais ça m’interroge depuis un bon moment:::
      Dans la Bible en français, la traduction donne -au début de la génèse: Dieu.
      -dans le jardin d’éden: le Seigneur Dieu
      -à la sortie du jardin: le Seigneur qui ne redevient Dieu qu’une fois le déluge terminé: Dieu se souvint de Noé enfermé dans son arche.
      -Ensuite on a parfois Dieu, parfois Seigneur, parfois Seigneur Dieu
      -c’est avec Moïse que Dieu semble révéler son nom: “je suis qui je serai” (je suis qui je suis, ou je suis celui qui est, en résumé passé présent futur indissociables )

      J’ai le sentiment que jusqu’à Moïse la notion de Dieu unique n’est pas toujours bien certaine. Que le monothéisme apparaît bien avec Adam et Eve, plus surement avec Seth et Enosh; passe une nouvelle étape avec Abraham, mais ne s’implante, ne se construit, réellement qu’avec Moïse.
      ?????????????????

  12. [...] pratique de l’Amour et de la Justice constituent les deux valeurs naturelles chez Abraham, le premier Patriarche d’Israël. En effet, il ose, en leur nom, se porter au secours de tous [...]

  13. [...] «Abraham et Sarah étaient vieux, avancés dans la vie; le tribut périodique des femmes avait cessé pour Sarah. 12 Sarah rit en elle-même disant: « Flétrie par l’âge, ce bonheur me serait réservé?! Et mon époux est un vieillard! »» (Gen. 18, 11-12). [...]

  14. jp says:

    “La seule réelle différence est que le Dieu du judaïsme, (christianisme et islam inclus) est à la fois créateur donc impersonnel, et chemin spirituel donc personnel.” MERCI !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>