Jésus et le premier commandement

«Tu aimeras ton prochain comme toi-même»

Joseph, le fils de Jacob et Rachel, est chargé par son père d’aller voir ses frères: «Et il lui dit: Va maintenant, vois si tes frères se portent bien et si les troupeaux [sont en bon état], et rapporte-le-moi.» Gen. 37, 12-14). L’hébreu est plus précis:

«רְאֵה אֶת־שְׁלֹום אַחֶיךָ», mot-à-mot: «Vois la paix de tes frères», «Vois si tes frères sont en paix», ceci afin de constater s’ils sont unis et, de ce fait, sont revenus (Teshouva) à Dieu. L’unité entre les frères, fils de Jacob-Israël, témoigne de leur retour à Dieu.

«יוֹסֵף בֶּן-שְׁבַע-עֶשְׂרֵה שָׁנָה הָיָה רֹעֶה אֶת-אֶחָיו בַּצֹּאן «

 Généralement traduit par «Joseph, âgé de dix-sept ans, menait paître les brebis avec ses frères» (Gen. 37, 2), ce verset peut également être compris ainsi: «Joseph, âgé de dix-sept ans, s’était lié avec ses frères au milieu des moutons». En effet, la racine רעה signifie à la fois «faire paître» et «se lier d’amitié», «fraterniser» (II Sam. 15, 37, Prov. 27, 10). Le plus beau témoignage d’amour porté à notre prochain n’est-il point d’être en quelque sorte son berger, d’être sans cesse à ses côtés afin de le conduire sur la bonne voie et le protéger d’éventuelles menaces?

Il est probable que comme Joseph, Jésus semble ait été investi, selon la source évangélique inspirée par la tradition juive, de la mission de ramener les Hébreux sur la voie du repentir: «Dès ce moment Jésus commença à prêcher, et à dire: Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche.» (Mt. 4, 17) et de rétablir la fraternité en Israël: «Je vous commande ces choses, afin que vous vous aimiez les uns les autres.» (Jn. 15, 17).

Jésus, le berger, nourri aux sources la Parole écrite de la Torah, associe celle-ci à la Tradition orale: «Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que [celui]-là» (Marc 12, 28-31). Se fondant sur l’écrit thoranique prônant l’égalité de tous les êtres humains créés à l’image de Dieu, Jésus rappelle le devoir moral d’aimer son prochain:

«וְאָהַבְתָּ לְרֵעֲךָ כָּמוֹךָ: אֲנִי יְהוָה» (ויקרא י”ט, י”ח).

«…et tu aimeras ton prochain comme toi-même: je suis l’Éternel» (Lev. 19, 18).

Puis, Jésus adopte les accents de Rabbi Akiva (17-137 de notre ère) qui aurait pu être dans la foule de ceux qui ont écouté ses enseignements, selon lequel «l’amour du prochain constitue le plus grand des principes de la Torah»[1]. Le Sage Hillel Ha-Zaken[2], dont il n’est pas interdit de penser que Jésus connaissait ses enseignements, montre au sujet de cet amour qu’il est «la Torah toute entière» et l’interprète de la sorte: «Toute action que vous haïssez à votre encontre, ne la faites pas à votre prochain»[3]. Le livre de Luc (6, 31) propose le même enseignement sur le mode positif: «Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux» (Luc 6, 31).

Un commentaire de Stéphane Einhorn sur l’amour du prochain. Aimer l’autre, c’est d’abord s’aimer soi-même.

 

Cordial shalom d’Israël,

Pour plus d’informations sur nos cours d’Hébreu biblique, CLIQUEZ sur ce lien.

Haïm Ouizemann

Haimo@eteachergroup.com


[1] Talmud de Babylone: Traité Shabbat 31, a.

[2] Hillel l’Ancien, 1er siècle avant notre ère.

[3] Talmud de Jérusalem: Traité  Nédarim 9, 4; Talmud de Babylone: Traité Shabbat 31, a.

7 Responses to Jésus et le premier commandement

  1. cathou says:

    Oui Jésus nous rappelle constamment un des commandements les plus importants, au fond le plus important:
    AIMEZ VOUS LES UNS LES AUTRES.
    AIMEZ VOUS COMME JE VOUS AI AIME (son amour de Dieu et des humains va le conduire à une mort précoce, c’est dire la force d’Amour de cet homme)

    JOYEUX NOËL à tous et Merci pour ce site si varié, intéressant et plein d’Amour!!!

    • Haïm says:

      Cathou shalom
      Quoi de plus fort que d’Aimer? Savons-nous aimer? Aimer c’est aussi donner et partager. Sommes-nous capables de partager sans attendre quoi que ce soit en retour? La reside le defi de notre temps!
      Partageons notre sourire! Notre temps! Notre regard! Notre parole! Notre ecoute!
      L’amour est partage gratuit. Voila un programme de travail interieur pour la nouvelle annee gregorienne 2014
      Amities
      Bonne annee faite d’amour et de partage,
      Haim

      • cathou says:

        Oui Haïm l’Amour est partage, don de soi, de son temps, de son sourire gratuit.

        L’exemple de Jésus est très intéressant parce que toute sa vie est un acte d’Amour envers les autres. Ce n ‘est pas un Dieu, ce n’est pas un humain parfait, c’est un homme qui avance sur le chemin de l’Amour.

        Sa naissance, quelle qu’en soit et la date et l’histoire réelle est déjà placée sous le signe de l’Amour: il naît entouré de sa mère et de son père.
        Bon pour la mère c’est assez normal, mais le père est là, présent, ce qui à ces époques est assez peu ordinaire tout de même. Ce sont les parents qui sont unis, ensemble autour de ce nouveau-né, prêts à lui assurer Amour, protection, éducation. Le cocon familial si important.

  2. cathou says:

    Et oui il faut d’abord s’aimer, s’accepter comme on est pour pouvoir aimer l’autre, pouvoir accepter l’autre.
    Tout commence toujours par le travail sur soi. Le reste vient, assez naturellement.
    AIMEZ-VOUS, n’en ayez pas honte!!

    • Haïm says:

      Cathou shalom
      Cet amour n’est nullement narcissique. Il permet la connaissance interieure de nos forces cachees en permettant a ces dernieres de s’epanouir pour le bien d’autrui.
      L’amour de notre prochain passe necessairement par le notre.
      Shavoua tov
      Amities
      Bonne annee 2014 a toi et toute ta tribu,
      Haim

      • cathou says:

        Merci, Merci, Merci et Bonne Année 2014 à chacun de vous et à Haïm sans qui nous n’aurions pas accès à ce beau site. et à toute ta famille Haïm, qui nous est chère.

        Oui Haïm, tu as raison de le souligner: l’Amour de soi n’est pas du narcissisme. Et s’aimer n’est pas chose si facile.
        Il appartient aux parents d’apprendre aux enfants de s’aimer, si les parents ne font pas ce travail de transmission indispensable au bon équilibre c’est qu’ils en sont incapables, et l’enfant devenu adulte devra faire une démarche personnelle, longue et difficile pour apprendre et comprendre qu’il a le droit et le devoir de s’aimer pour pouvoir ensuite faire face aux autres, aux difficultés etc… (s’il le peut, le manque d’amour de soi est quelque chose de très handicapant)

        C’est là qu’on comprend la grande profondeur des textes fondamentaux dont la Bible. Au delà de toute croyance à un Dieu quel qu’il soit, c’est une véritable psychanalyse de l’humain seul et en société.
        C’est dire que la connaissance profonde de l’humain remonte à bien loin.

  3. Mami says:

    Shalom Haim ,
    Je crois dans ce passage , Yeshoua a dit d’abord le plus grand des commandements : aimer d’abord Hachem de tout son coeur , sa force … ensuite vient ce second commandement .
    Donc pour moi , et par expérience , je ne pourrai pas aimer l’autre SANS la force l’amour, voire comprendre de quel Amour comment Hachem m’aime ….
    C’est pour cela que je pense qu’il est important pour moi d’abord de venir vers Hachem pour trouver cette force ….
    Qu’est-ce que t’en penses Haiim ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>