Jeûne du 17 Tamouz: amour et justice, les piliers de Jérusalem [1]

Le 17 Tamouz (25 juin – quatrième mois du calendrier hébraïque) marque la chute de Jérusalem et la destruction du Second Temple par Titus (en 70 de notre ère), mais aussi celle du Premier Temple concluant trois ans de siège contre Jérusalem, le 9 Tamouz (Jérémie 49, 2; 52, 4-5) sous le règne du roi Sédécias (Tsidkyahou   צִדְקִיָּהוּ  -598-586 avant notre ère). Le peuple d’Israël, en mémoire de cette double catastrophe au cours de laquelle il perd son indépendance nationale et spirituelle, respecte une journée consacrée au jeûne et à la  contrition.

 «גָּלְתָה יְהוּדָה מֵעֹנִי וּמֵרֹב עֲבֹדָה הִיא יָשְׁבָה בַגּוֹיִם לֹא מָצְאָה מָנוֹחַ כָּל רֹדְפֶיהָ הִשִּׂיגוּהָ בֵּין הַמְּצָרִים» (איכה א’, ג’).

«Juda est allé en exil, accablé par la misère et une dure servitude; il demeure parmi les nations, sans trouver de repos. Ses persécuteurs, tous ensembles, l’ont atteint dans les étroits défilés» (Lamentations 1, 3)

La puissance militaire des Nations et leur pouvoir économique à eux seuls n’expliquent pas la fin de la capitale d’Israël, alors que Jérusalem est rasée jusqu’en ses fondements et la souveraineté juive disparaît durant près de 2000 ans.

Quelle est donc la raison de l’exil des fils d’Israël?

Les maîtres de la tradition orale font remarquer que la corruption associée à la haine gratuite (שִֹנְאַת חִינָם) (Talmud de Babylone, Traité Yoma 9, b), constituent de fait les principaux motifs de la chute des deux Temples et de la dispersion d’Israël. Cette haine décrite dans la source scripturaire biblique relate les dissensions, la jalousie et la haine régnant au sein d’une même cellule familiale: Caïn et Abel  (Gen. 4, 8); Jacob et Esaü (Gen. 27, 41); Rachel et Leah (Gen. 29, 30-30, 1); Joseph et ses frères (Gen. 37, 4); Moïse et Korê (Nb. 16, 1-14). Ainsi s’exprime le prophète Michée:

«בֹּנֶה צִיּוֹן, בְּדָמִים  וִירוּשָׁלִַם, בְּעַוְלָה. רָאשֶׁיהָ בְּשֹׁחַד יִשְׁפֹּטוּ, וְכֹהֲנֶיהָ בִּמְחִיר יוֹרוּ וּנְבִיאֶיהָ  בְּכֶסֶף יִקְסֹמוּ; וְעַל יְהוָה יִשָּׁעֵנוּ לֵאמֹר הֲלוֹא יְהוָה בְּקִרְבֵּנוּ לֹא תָבוֹא עָלֵינוּ רָעָה. לָכֵן, בִּגְלַלְכֶם  צִיּוֹן שָׂדֶה תֵחָרֵשׁ וִירוּשָׁלִַם עִיִּין תִּהְיֶה וְהַר הַבַּיִת לְבָמוֹת יָעַר» (מיכה ג’, י’-י”ב);

«Ils bâtissent Sion au moyen de meurtres et Jérusalem au moyen d’iniquités. Ses chefs rendent la justice pour des présents, ses prêtres donnent leur enseignement pour un salaire, ses prophètes prononcent des oracles à prix d’argent, et ils osent s’appuyer sur l’Eternel et dire: “Certes l’Eternel est au milieu de nous, aucun mal ne nous atteindra!”  Eh bien! à cause de vous Sion sera labourée comme un champ, Jérusalem deviendra un monceau de ruines, et la montagne du temple une hauteur boisée» (Michée 3, 10-12).

Le jeûne  du 17 Tamouz vise moins à commémoration de la chute de Jérusalem, dont le roi David fit sa capitale, qu’à la perpétuation d’un enseignement vivant pour les générations futures: si la seule division intérieure causée par l’iniquité et la haine est capable de conduire à l’effritement et à l’implosion de la civilisation d’Israël, alors l’union des frères détient le pouvoir de tracer la voie royale vers la rédemption d’Israël et de toutes les Nations.

Cette union fraternelle est le point d’orgue d’une société juste et équitable:

 וְאַתָּה בֶן-אָדָם קַח-לְךָ עֵץ אֶחָד, וּכְתֹב עָלָיו לִיהוּדָה, וְלִבְנֵי יִשְׂרָאֵל חֲבֵרָו; וּלְקַח, עֵץ אֶחָד, וּכְתוֹב עָלָיו לְיוֹסֵף עֵץ אֶפְרַיִם וְכָל-בֵּית יִשְׂרָאֵל חֲבֵרָו.  וְקָרַב אֹתָם אֶחָד אֶל-אֶחָד, לְךָ–לְעֵץ אֶחָד; וְהָיוּ לַאֲחָדִים, בְּיָדֶךָ

«Or toi, fils de l’homme [Ezéchiel)  prends une pièce de bois et écris dessus: “Pour Juda et pour les enfants d’Israël, ses associés. Puis, prends une autre pièce de bois et écris dessus: Pour Joseph, souche d’Ephraïm, et toute la maison d’Israël, ses associés. Rapproche ces pièces l’une de l’autre, pour n’avoir qu’une pièce unique; et elles seront réunies dans ta main» (Ez. 37, 16-17).

«כִּי אָז אֶהְפֹּךְ אֶל-עַמִּים  שָׂפָה בְרוּרָה, לִקְרֹא כֻלָּם בְּשֵׁם יְהוָה לְעָבְדוֹ שְׁכֶם אֶחָד» (צפניה ג’, ט’).

«Mais alors aussi je gratifierai les peuples d’une langue épurée, pour que tous ils invoquent le nom de l’Eternel et le servent d’une même  épaule» (Tsfania 3, 9)

Dans notre prochain post, nous verrons quelle est la voie conduisant à réparer cette haine.

 

 

Le  Second Temple de  Jérusalem

 

Haïm Ouizemann

Haimo@eteachergroup.com

 

 

3 Responses to Jeûne du 17 Tamouz: amour et justice, les piliers de Jérusalem [1]

  1. cathou says:

    Alors Bon jeûne de Tamouz, Bonne commémoration à tous nos frères et soeurs juifs!!!

    La haine, la jalousie, dans une même famille sont des choses terribles parce qu’elle divise irrémédiablement des humains dont les racines sont identiques.

    C’est une chose qu’on ne peut pas réparer tant que sur les 2 personnes que tout devrait réunir, une refuse tout dialogue et s’enferme dans le silence. L’autre peut tendre la main à en avoir des rhumatismes, peut essayer d’oublier, peut se diminuer jusqu’à disparaître pour laisser la place à l’autre…
    Rien n’y fera, l’Éternel est bien absent.

    • Haïm says:

      Cathou shalom,
      Merci pour tes encouragements. Je jeune aujourd’hui avec toute notre famille Myriam et nos trois filles. Il s’agit d’une exercice spirituel que je t’invite a pratiquer de temps en temps. Ni boire, ni manger le temps d’une journee. Cela est profitable au corps et a l’esprit.
      Nous sommes, tu as tout a fait raison, unis comme des freres et des soeurs. Que restera-t-il de notre passage ici-bas, a part nos actions et le peu de bien que nous aurons tente de faire?
      Je t’invite a lire les 10 points de Seelisberg:
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Conf%C3%A9rence_de_Seelisberg

      Il nous faut aspirer a l’unite dans le respect de la difference.
      Toda rabba Cathou
      Bonne journee a toi et a tous les tiens
      Amities
      Haim
      Haim

      • cathou says:

        Merci Haïm.
        Je suis hypoglycémique, et si je ne mange pas de manière régulière… Bonjour les pâquerettes.
        Je pourrai dire que je jeûne différemment, en me contentant de légumes bouillis sans rien de plus, parfois.

        les 10 point de Seelisberg: oui!
        J’ai bien des difficultés à comprendre comment des chrétiens peuvent être antisémites. Il y a des choses qui me dépassent un peu.

        Je suis avec vous par la pensée.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>