Juif, un nom chargé d’histoire

A l’heure où le peuple commémore la date historique du 29 novembre 1947 où le monde reconnaît à Israël le droit du retour sur sa terre ancestrale et de la création d’un état juif indépendant (déclaré officiellement le 14 mai 1948) en vertu de la Déclaration Balfour (1917),  il me semble opportun de rappeler l’origine hébraïque du terme «Juif» – en hébreu: יְהוּדִי («Yehoudi») dont la souche biblique réside dans le nom propre de Judah, יְהוּדָה («Yehoudah»).

La dimension généalogique: la naissance de Judah –  יְהוּדָה:

A la naissance de son quatrième fils, la Matriarche Léa, épouse du Patriarche Jacob, décide de le nommer יְהוּדָה («Yehoudah») en signe de reconnaissance à Dieu qui lui a octroyé une part qu’elle n’espérait point recevoir:

«וַתַּהַר עוֹד וַתֵּלֶד בֵּן, וַתֹּאמֶר הַפַּעַם אוֹדֶה אֶת-יְהוָה–עַל-כֵּן קָרְאָה שְׁמוֹ, יְהוּדָה; וַתַּעֲמֹד, מִלֶּדֶת» ( בראשית, כ”ט,ל”ה)

«Elle conçut encore et mit au monde un fils et elle dit: “Pour le coup, je rends grâce à l’Eternel!” C’est pourquoi elle le nomma Juda…» (Gen. 29, 35).

La racine biblique י. ד. ה. (Y. D. H) sur laquelle sont bâtis les mots יְהוּדָה («Yehoudah») et תוֹדָה («Merci») exprime la reconnaissance et le remerciement. Le Juif porte donc en son nom l’idée de reconnaissance permanente qu’il doit à son Créateur, conscient que les bienfaits de ce monde constituent un cadeau de tout  instant. Dans la prière, le tout premier mot prononcé au lever du lit est «Je remercie» (מוֹדֶה אֲנִי).

 

La dimension spirituelle: le Nom de Dieu

Le nom de Judah- יְהוּדָהest le seul nom biblique à comporter dans un même mot, et qui plus est, dans l’ordre les quatre lettres du Tétragramme – יְהוָה  («Adonaï»), qui en lui-même concentre les trois temps: passé (הָיָה «il était»), présent (הֹוֶה «il est») et futur (יִהְיֶה «il sera»), et donc, est justement traduit en français par «l’Eternel»:

 «וְרָאוּ כָּל-עַמֵּי הָאָרֶץ כִּי שֵׁם יְהוָה נִקְרָא עָלֶיךָ וְיָרְאוּ מִמֶּךָּ«

«Et tous les peuples de la terre verront que le nom de l’Éternel est associé au tien, et ils te redouteront» (Deut 28, 10).

Le Juif porte en sa plus profonde intimité le Nom de Dieu révélé aux Prophètes d’Israël et a pour mission d’être le témoin de l’unité divine en ce monde de division et le fidèle porte-parole de la Parole vivante divine. En effet, dans nos Bibles en hébreu, la lettre Dalet -ד- (seule lettre hébraïque figurant dans le mot יְהוּדָה («Yehoudah»), en plus des lettres du tétragramme), qui fait partie du mot אֶחָד («un») au verset de Deutéronome 6, 4 apparaît en gros caractères, témoignant de l’Unité de Dieu, Credo  juif:

«שְׁמַע, יִשְׂרָאֵל: יְהוָה אֱלֹהֵינוּ, יְהוָה אֶחָד»  «Schema Israël,  Adonaï  Eloheinou, Adonaï E’had»

 «Ecoute, Israël: l’Éternel est notre Dieu, l’Éternel est UN!» (Deut. 6, 4)

La lettre ע du mot שְׁמַע au début du verset, est elle aussi en gros caractères. Or, l’association de ces deux lettres forment un troisième mot: עֵד, signifiant: «témoin». Le Juif récitant ce verset pendant la prière, restant à l’écoute de la Parole de Dieu, est donc témoin de l’Unité de Dieu. Dans l’Evangile selon Marc (12, 29), Jésus confirme, dans le Credo qui est le sien, cette tradition hébraïque: «Et Jésus lui répondit: Le premier de tous les commandements est: «Écoute, Israël, l’Eternel est notre Dieu, l’Eternel est le seul Seigneur».

 

La dimension nationale: la terre d’Israël-Erets Israël et la langue judéenne

Après le partage de Canaan par Josué, la tribu de Juda occupe le Sud du Pays (Josué 15, 2-11). Ses habitants, désignés sous le nom de Judéens (יְהוּדִים yehoudim), parlent la langue judéenne (II Rois 18, 26-28; Isaïe 36, 11-13; Néhémie 13, 24). Au Xe siècle avant notre ère, le schisme du Royaume de Salomon entraîne l’instauration de deux royaumes distincts, celui du Nord מַמְלֶכֶת יִשְׂרָאֵל) : MaMLeKheT Israël) avec pour capitale la ville de Samarie et celui du Sud מַמְלֶכֶת יְהוּדָה) ‎ MaMLeKheT Yehouda: Juda-Judée), appelé chez les Prophètes: «Judée et Jérusalem» (II Rois, 23, 1; Is. 1, 1; 2, 1; Jer. 19, 7; 34, 19; Joël 4, 1; Mal. 3, 4; Ezra 4, 6; I Chr. 5, 41; etc.). Quoi de plus naturel, donc que l’expression prophétique: «Judée et Jérusalem» désignant l’ancien pays de Judée se retrouve à plusieurs reprises dans les Evangiles: «Et tout le pays de Judée et tous ceux de Jérusalem sortaient vers lui» (Mc. 1, 5; voir aussi: Lc. 6, 17; 21, 21); «Mais Jésus se retira avec ses Disciples vers la mer, et une grande multitude le suivit de Galilée, et de Judée, et de Jérusalem» (Mc. 3, 7-8; Lc. 5, 17). Cette appellation consacrée met l’accent sur la centralisation spirituelle et nationale de la cité de Jérusalem, capitale du royaume du Sud, la Judée. Au second siècle avant l’ère courante,  sous la  dynastie hasmonéenne,  l’ancien  royaume  de Salomon (-931 à -586)  est réunifié et les deux royaumes de Samarie du Nord et de Judée au Sud s’unissent et est désigné sous le nom de Judée (Pour les Romains: Judaea). En -586, Nabuchodonosor brûle la capitale judéenne, Jérusalem et exile le petit peuple judéen qui se disperse parmi les Nations (Jérémie 52, 28-30). En -539, Cyrus le Grand conquiert Babylone et autorise le retour des exilés Judéens (I Chroniques chap. 9) à Jérusalem, raison pour laquelle le titre de «messie de l’Eternel» lui est attribué:

«כֹּה-אָמַר יְהוָה, לִמְשִׁיחוֹ לְכוֹרֶשׁ אֲשֶׁר-הֶחֱזַקְתִּי בִימִינוֹ לְרַד-לְפָנָיו גּוֹיִם»

«Ainsi parle l’Eternel à son Oint, à Cyrus, que j’ai pris par la main pour mettre les nations à ses pieds» (Isaïe 45, 1)

Selon le scribe Ezrah, יְהוּד מְדִינְתָא Yehoud Medinta («la province de Judée» en araméen) devient alors une province autonome de l’Empire perse où les habitants appelés Juifs (יְהוּדִים yehoudim) jouissent de la pleine liberté de culte (Esdras 5, 8).

Le terme «Juif» désignant les exilés de l’antique pays de Judée (et Jérusalem) permet de comprendre, à la lumière de son glorieux passé biblique et hébraïque, pourquoi les congressistes sionistes s’étant réunis sous le haut patronat de Théodore Herzl, ont refusé de fonder leur foyer national en Ouganda et pourquoi les membres de L’O.N.U. ont ratifié le choix, en 1947, de la Palestine, nom donné arbitrairement à la Judée par Hadrien après la révolte de Bar Kochva en 132 de notre ère, comme unique foyer national juif.

«בְּיָמָיו תִּוָּשַׁע יְהוּדָה וְיִשְׂרָאֵל יִשְׁכֹּן לָבֶטַח וְזֶה־שְּׁמֹו אֲשֶׁר־יִקְרְאֹו יְהוָה צִדְקֵנוּ׃» (ירמיהו כ”ג, ו’).

«En son temps, Juda sera sauvé, Israël aura la sécurité dans sa demeure; Et voici le nom dont on l’appellera: L’Eternel notre justice» (Jer. 23, 6)

Aujourd’hui, nous vivons l’accomplissement de la promesse divine octroyée au Patriarche Abraham:

«לְזַרְעֲךָ, נָתַתִּי אֶת-הָאָרֶץ הַזֹּאת»

«J’ai (Dieu) octroyé cette terre à ta (Abraham) descendance » (Gen. 15, 18)

Haïm Ouizemann

 

23 Responses to Juif, un nom chargé d’histoire

  1. Myriam says:

    Juste une remarque: dommage que la video sur l’histoire d’Israel se termine une minute avant l’epoque de Jesus… Autrement,je crois que tu touches la un sujet sensible. Le monde commence a peine a decouvrir Jesus en tant que Juif. Bientot, il le redecouvrira en tant que Juif vivant en terre d’Israel.

  2. Marie Claire says:

    Haim Shalom,
    Même si cet anniversaire a été oublié à cause du vote à l’Onu, nous n’oublions pas cette étape importante pour Israël !

    Pourriez-vous m’éclairer par rapport au mot “hébreu” ? Quel lien peut-on faire avec le mot “juif” et le mot “hébreu”? Ils n’ont biensûr pas la même origine, ni la même signification. Peut-on les utiliser sans se méprendre sur leur signification profonde ?

    J’en profite pour vous faire une petite demande de traduction de prénom, si ça ne vous dérange pas … Une de mes amies s’appelle Ludivine et aimerait savoir si son prénom a une équivalence en hébreu ?

    Un grand merci :)

    Marie Claire

    • Haïm says:

      Marie Claire shalom,
      Merci a vous.
      Nous pouvons affirmer que l’hebraisme debute avec les Patriarches d’Israel (Second millenaire avant l’ere courante):
      “Abram l’Hébreu” (Gen. 14, 13) “אַבְרָם הָעִבְרִי”
      La periode du Judaisme commence apres l’exil de Babylone ( 586-536) apres la destruction du Temple de Salomon par Nabuchodonosor. A la prophetie succede l’ere des scribes et des Sages.(Cette periode est relatee dans l’article du blog).
      J’ai fait la recherche que vous m’avez demande a propos du nom Ludivine. Je n’ai pas encore trouve l’origine du mot. Je peux cependant si cela vous interesse vous donner un lien tres important qui vous aidera dans votre recherche des origines des noms juifs. Il s’agit de la plus grande base de donnees au monde sur les noms dont nous ignorons l’origine. Cette base est en anglais et en hebreu appartient au Musee de la Diasporah a Tel Aviv. Si vous avez un quelconque probleme de recherche, faites moi le savoir, j’effectuerai la recherche par moi-meme:
      http://www.bh.org.il/database-about.aspx?database-familynames

      Au plaisir de vous lire,
      Cordial shalom,
      Haim O.

      • marie claire says:

        Un grand merci Haïm pour votre message.
        Je fais faire mes recherches, j’espère me débrouiller :)

        Par contre, je viens seulement de voir votre réponse. Ne devrais-je pas recevoir un avertissement par mail si quelqu’un répond à mon commentaire ?

        J’ai répondu à Denise. Si elle ne revient pas sur ce passage du blog, elle risque donc de ne pas le voir ?

        A bientôt,
        Marie Claire

        • Haïm says:

          Marie Claire,
          Vous devriez logiquement recevoir automatiquement ma reponse a vos commentaires sur votre e-mail personnel. Verifiez encore une fois. N’hesitez pas a me faire mettre au courant lorsque vous recevrez ma reponse.
          C’est moi qui vous remercie,
          Au plaisir de vous lire,
          Haim

          • marie claire says:

            Haïm,

            J’ai bien reçu votre réponse du 4/12 mais pas celle-ci, ni celle du 11 dans ma boite mail…

            Un grand merci pour votre nouveau post sur Jésus/Yeshoua. C’est très instructif et nourissant ! Quelle richesse dans cette belle langue, l’hébreu !

            Soyez béni,
            Mcl

          • Haïm says:

            Marie Claire shalom,
            Merci a vous. Cette nouvelle rubrique sur Jesus et la tradition hebraique s’enrichira au fur et a mesure,
            Puisse Dieu vous benir ainsi que tous les votres,
            Haim

  3. cathou says:

    Je viens de lire et regarder.
    Très intéressant. Terre riche d’histoire!!!!

    Je suis toujours très surprise de constater, en effet, que beaucoup ignorent totalement que Jésus est juif, israélien né en terre d’Israël.
    Et qu’il ne transmet qu’un seul enseignement: le judaïsme.
    Les 4 évangiles que les chrétiens connaissent sont absolument incomplets si on ne lit pas un peu la Bible.
    J’ignore s’il existe des textes originaux, en hébreu, de cette période, il serait très intéressant de les comparer…. Sans doute ne porteraient ils pas l’influence grecque et romaine. ????…..

    La Palestine est un mot né tardivement, l’histoire nous le démontre, sans mensonge.
    Mais il ne faut pas oublier que ce petit peuple hébreu vit son histoire en parallèle, et avec tout un tas de peuples, de tribus plus ou moins polythéistes, peut être aussi monothéistes. Nous sommes en plein croissant fertile, zone et histoire très riche et étendue.
    Israël est tout à fait à sa place, et doit être respecter comme nation à part entière, comme tous les autres peuples voisins.

    • LORTHOIS Denise says:

      Bien sûr, Yeshoua est Juif et sa première mission comme il le définit lui-même au travers de Matthieu 15:24 est : “Ne savez-vous pas que je suis venu pour les brebis perdues de la Maison d’Israël ?”. Mission qui a été étouffée par la chrétienté qui a fait du Jésus biblique un Jésus des nations emprunt de paganisme, déconnecté de la réalité et de l’authenticité.
      Bien sûr que les évangiles ont d’abord été écrits en hébreu et en araméen. D’où l’orientation délibérée donnée ensuite aux traductions grecques et autres.
      Si cela vous intéresse, me considérant libre-penseur, j’ai produit une réflexion sur Jésus qui sort, je pense, des sentiers battus. Je peux vous l’expédier par courriel si vous le souhaitez
      Shalom
      Denise

      • Haïm says:

        Denise shalom,
        J’adhere tout a fait a vos propos selon lesquels Jesus est Juif. Le fondadeur de la Chretiente n’est point Jesus mais Paul ( Saul de Tarse qui etait le disciple du Sage Gamliel) qui ne rencontra jamais Jesus de son vivant. Quant aux Evangiles rediges en hebreu, nous n’avons pas malheureusement pas de documents originaux conserves mais il est est certain que le Pere de l’Eglise,Jerome, ait eu entre ses mains l’Evangile de Matthieu (Jean Carmignac “La naissance des Evangiles synoptiques p. 67 note 22. Cette Evangile hebraique se trouvait dans la bibliotheque de Cesaree) . inspire par Jean Carmignac, Claude Tresmontant,a la fois hellenisant et hebraisant, va soutounir la these de l’existence d’Evangiles hebreux et arameens originaux. Son livre “Le Christ hebreu” suscitera une tres grande polemique au sein des institutions de l’Eglise catholique:
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Christ_h%C3%A9breu

        Je tenterai de reveler les origines juives de Jesus a travers les sources bibliques, talmudiques et midrachiques ( Exegese biblique). Nous tenterons de redecouvrir Jesus comme fils d’Israel.
        Je suis tout a fait interesse a lire votre these si vous le souhaitez.
        Vous pouvezprendre contact avec moi a travers mon email:
        Haimo@eteachergroup.com
        Merci a vous.
        Au plaisir de lire.
        Cordial shalom,
        Haim O.

      • Roland VREBOS says:

        Denise, shalom. Moi aussi, je suis intéressé par ta proposition de lecture de ton travail sur Emmanu’el Yeshoua. Mon adresse:bwadlapaix@gmail.com. Je t’en remercie d’avance. Roland

      • marie claire says:

        Denise,

        Je suis très intéressée pour votre réflexion. Puis-je vous demander de me l’envoyer, si ça ne vous dérange pas ?
        Voici mon adresse : foxfamily@scarle.be
        Merci d’avance,
        Marie Claire

        • Haïm says:

          Marie Claire shalom,
          Je transmets votre demande a Denise au cas ou elle ne l’aurait pas recue. J’ai repondu a plusieurs reflexions de Denise que je tiens de nouveau a remercier.
          Amities a vous tous et a vous toutes,
          Haim

    • Haïm says:

      Cathou shalom,
      A propos des Evangiles hebreux, je te rapporte la reponse faite a Denise Lorthois une correspondante du blog qui s’interesse a ce sujet considere comme “epineux” pour l’eglise officielle:
      Quant aux Evangiles rediges en hebreu, nous n’avons pas malheureusement pas de documents originaux conserves mais il est est certain que le Pere de l’Eglise,Jerome, ait eu entre ses mains l’Evangile de Matthieu (Jean Carmignac “La naissance des Evangiles synoptiques p. 67 note 22. Cette Evangile hebraique se trouvait dans la bibliotheque de Cesaree) . inspire par Jean Carmignac, Claude Tresmontant,a la fois hellenisant et hebraisant, va soutounir la these de l’existence d’Evangiles hebreux et arameens originaux. Son livre “Le Christ hebreu” suscitera une tres grande polemique au sein des institutions de l’Eglise catholique:
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Christ_h%C3%A9breu

      En effet la decouverte de ces Evangiles hebreux provoquerait une veritable revolution.
      Je tenterai de reveler les origines juives de Jesus a travers les sources bibliques, talmudiques et midrachiques ( Exegese biblique). Nous tenterons de redecouvrir Jesus comme fils d’Israel.

      Amities a toi a toute ta famille,
      Haim

  4. cathou says:

    Israël en Ougandan…. Parfois il vaut mieux être illettré, ça économise le coeur…
    Enfin c’est grâce à telles connaissances que les politiciens ont bricolé des frontières, certes mieux qu’en Ouganda, mais bien tordues tout de même.

    • Haïm says:

      Oui, en desespoir de cause Theodore Herzl pensa que le peuple juif pourrait trouver un refuge temporaire en Ouganda. L’Histoire en a decide autrement…La Parole de Dieu s’est accomplie. Le peuple juif disperse parmi les nations a retrouve sa langue originale, l’hebreu et sa terre que Dieu donna en promesse aux Patriarches. Miracles difficiles a expliquer: il sa’git de ce que nous appelons le Mystere d’Israel. Nous y reviendrons au cours de nos prov=chains articles.
      Haim

  5. myriam says:

    Shalom Haïm,
    Vous disiez : “le fondateur du christianisme est Paul, Saul de Tarse”
    En effet les Ecrits du Nouveau Testament après les Evangiles sont de sa main pour la grande majorité.

    Les Chrétiens Evangéliques , ou Réformés tiennent très fort à Jésus de Nazareth, un Juif, descendant D’Abraham , de David, annoncé par les prophètes.
    Il faudrait juste ajouter une petite nuance. Selon l’Histoire de l’ Eglise, c’est Rome, donc les Catholiques qui ont gardé la main mise sur le Christianisme. Déclarant même que la Chrétienneté = le Catholicisme.
    Les différentes réformes depuis l’Hérésie Vaudoise, Luther et bien d’autres ont remis la pendule à l’heure.
    A travers les Evangiles, ceux qui ont la Foi, ont appris à connaître Yeshoua.
    Ce mot “chrétien”, je ne sais pas trop d’où il vient. car dans Actes ils étaient appelés ” ceux qui suivent cette voie”
    Juste pour dire donc, que notre foi chez les Chrétiens, repose sur le Dieu d’ Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu d’Israel. Et non sur Paul, béni soit-il.

    • Haïm says:

      Myriam shalom,
      Au cours des semaines prochaines, je pense consacrer une rubrique sur Jesus et la tradition hebraique car il me semble que bon nombre d’incomprehensions persistent encore sur l’environnement historique et spirituel dans lequel il evolua. Rappelons que pres d’1 milliard d’hommes et de femmes Chretiens croient en Jesus sans avoir toujours conscience que Jesus est avant tout un fils d’Israel riche d’une tradition hebraique generalement mal connue.
      Le mot “Christ” ( Christos en Grec) dont est tire Le terme Chretien, “signifie “l”oint de Dieu” comme le furent par exemple le roi David ou le roi Cyrus de Perse. En hebreu Mashia’h (משיח), nous retrouvons la racine M.SH.’H. qui signifie “oindre d’huile”, huile necessaire a la consecration du roi en sa mission divine. Meme les instruments du Tabernable furent oints donc sanctifies prets au service divin.
      Comme vous le dites tres justement, c’est le Dieu d’ Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu d’Israel qui reunit nos deux traditions juive et chretienne.
      Cordial shalom,
      Haim O.

    • cathou says:

      Je découvre à peine la suite des remarques sur cet article.
      D’abord je ne reçois jamais les réponses sur mon mail perso. Mais cela ne me dérange pas, je peux ainsi relire et revisiter le site selon l’envie.

      Le mot christ semble venir du grec “oint” celui qui est oint du saint chrême (huile de bénédiction). Nous n’entrons dans la communauté chrétienne qu’après notre baptême.

      Il y a de grandes disparités de compréhension et d’interprétation dans le christianisme.
      En 1199 l’Inquisition impose les dogmes de Rome. On peut donc raisonnablement penser que les chrétiens avant cette date pouvaient être assez réfractaires à ces dogmes. L’Eglise catholique veut s’imposer, imposer son pouvoir.

      Maintenant, comme partout, il y a plusieurs degrés de compréhension de la foi.
      Pour raffermir cette foi, Certains ont besoin d’embrasser les pieds d’une statue, d’autres de pratiquer de nombreux rites, d’autres de lire et réfléchir sur le sens des mots….

      Oui chez les catholiques aussi, la connaissance de Jésus juif, descendant d’Abraham, de David existe aussi et bien. Notre foi repose sur le Dieu unique, Jésus n’en est que l’intermédiaire, le représentant. Les apôtres disparaissent totalement, même si la connaissance de notre foi passe par leurs écrits.
      Par exemple dans ma famille, du coté maternel c’est une chose totalement acquise. Du coté paternel: Jésus est une espèce de zombi mi-dieu, mi-homme; le décrire comme simple mortel et juif est un blasphème; je ne saurai dire pourquoi puisqu’à ce niveau là, la conversation n’avance plus.

      De toutes les façons le judaïsme de Jésus avait peu de chance d’arriver intact au milieu du polythéisme.
      Les juifs vont mettre des siècles à se débarrasser du polythéisme.
      Le judaïsme a construit sa spiritualité sur son histoire. Il est donc logique que le christianisme se construise sur sa propre histoire.

      Je remarque au passage que Luther est allemand, l’Eglise réformée n’a pas fait plus le poids que la catholique au cours de la 2de guerre mondiale. Alors que tout les chrétiens auraient du se révolter, tous, sans exception, sur ce qui se passait… Malgré ces tristes événements les juifs, Israël continuent d’être traités comme des parias par beaucoup d’entre nous.

  6. fredo says:

    Shalom à tous les visiteurs de ce blog et spécialement Haïm. Je suis très heureux de visiter ce blog qui est instructif, qui nous fournit des choses que nous n’avons pas imaginées.
    Je suis moi aussi intéressé par le s évangiles hébraïques. Je serai content si vous me donnez ses sources.
    Shalom

    • Haïm says:

      Fredo shalom,
      Merci a vous et bienvenue sur notre blog. Je compte en effet tres prochainement introduire un enseignement qui touchera aux Evangiles hebraiques.
      Je parlerai entre autres de Claude Tresmontant
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Tresmontant
      et de Jean Carmignac son maitre:
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Carmignac
      Tous deux en France furent les grands specialistes des Evangiles hebraiques.Leurs recherches passionnantes ne laissent personne indifferente. Restez avec nous et invitez d’autres amis a nous rejoindre.
      Cordial shalom,
      Haim

      Je vous invite a vous inscrire a notre courrier hebdomadaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>