La ballade de Yoël Moshe Salomon, «la Porte de l’Espérance»

Ce très beau poème composé par Yoram Taharlev,  mis en musique par Shalom ‘Hano’ch et interprété par Arik Einstein relate l’histoire des cinq principaux pionniers qui, en 1878 (l’An Tarla’h – [5678-1878]), fonderont  la localité de Peta’h Tikva («la Porte de l’Espérance») dont le nom arabe fut, jadis,  Oumlabass. Yeoshoua Stampfer,  agriculteur de formation,  inspiré par la parole du prophète Osée, la dénommera du  nom biblique «Peta’h Tikva» («la Porte de l’Espérance»), témoignant ainsi de l’accomplissement de la promesse divine rendu possible par la volonté des hommes:

» וְנָתַתִּי לָהּ אֶת-כְּרָמֶיהָ מִשָּׁם וְאֶת-עֵמֶק עָכוֹר לְפֶתַח תִּקְוָה; וְעָנְתָה שָּׁמָּה כִּימֵי נְעוּרֶיהָ וּכְיוֹם עֲלוֹתָהּ מֵאֶרֶץ-מִצְרָיִם» (הושע ב’, י”ז).

«Là je lui rendrai ses vignobles, et la Vallée du Malheur deviendra comme la Porte de l’Espérance; elle y entonnera [des chants] comme aux jours de sa jeunesse, comme au temps où elle sortit du pays d’Egypte » (Osée 2, 17)

Les thèmes essentiels du poème «La ballade de Yoël Moshe Salomon»: les chants, les vendanges et la vallée maudite font référence au verset d’Osée.

Yoël Moshe Salomon (né à Jérusalem -1838-1912), rabbin, journaliste et imprimeur soutenu financièrement par son ami, l’homme d’affaire  Zera’h Barnett, s’obstine à demeurer en cette localité qui, malgré l’insalubrité et  la malaria  y régnant en maître absolu, deviendra «la Mère des Localités» en Israël (Emm HaMoshavot). Fondée par cinq pionniers utopistes, la ville de Peta’H Tikva compte, aujourd’hui, plus de 211  000 habitants.

«La ballade de Yoël Moshe Salomon» continue à faire vibrer les cœurs de toutes celles et tous ceux rêvant de reconstruire Israël sur les ruines du passé.

La ballade de Yoël Moshe Salomon, la Porte de l’Espérance

 

C’était un beau matin humide de l’An Tarla’h[1], au temps des vendanges

Les cinq cavaliers quittèrent Yafo chevauchant leur monture,

Stampfer était là, Goutman était là aussi, et aussi Zerah Barnett

Et Yoël Moshe Salomon, une épée à la ceinture.

 

Les accompagnait le cavalier Mazaraki, le docteur aux cheveux d’argent,

Le vent chantait parmi les joncs  le long du Yarkon,

À  proximité d’Oumlabass, ils campèrent au cœur des marais et des taillis

Puis grimpèrent sur une petite colline admirer les alentours.

 

Une petite heure s’écoula lorsque Mazaraki leur dit:

«Je n’entends pas les oiseaux, cela présage du pire.

Si les oiseaux ne chantent pas, c’est que la mort règne ici,

Il vaut mieux s’en aller, moi, je m’empresse de partir»

 

Le docteur Mazarki, enfourcha en hâte son cheval pour préserver sa santé,

Et ses compagnons, tous trois, s’empressèrent de regagner la ville avec lui.

C’est alors que Yoël Moshe Salomon, le regard plein d’ivresse, lança:

«Moi, je demeure ici cette nuit sur cette petite colline»

 

Et il demeura sur la colline, lorsqu’entre minuit et l’aube,

Soudain des ailes d’oiseau poussèrent à Salomon,

Où s’envola-il? Où le vent l’emporta-t-il? Nul ne le saura jamais,

Ce n’était peut-être qu’un rêve, qu’une fable?

 

Mais lorsque de nouveau le jour se leva au-delà des montagnes,

La vallée maudite s’emplit du gazouillis d’oiseaux.

Certains prétendent, jusqu’au jour d’aujourd’hui, qu’au long du Yarkon

Les oiseaux  ne cessent de chanter en hommage à  Yoël Moshe Salomon

La ballade de Yoël Moshe Salomon interprétée par Arik Einstein (Zal)

Cordial shalom d’Israël,

Pour plus d’informations sur nos cours d’Hébreu biblique, CLIQUEZ sur ce lien.

Haïm Ouizemann

Haimo@eteachergroup.com


[1] [5678-1878]

 

 


[1] [5678-1878]

2 Responses to La ballade de Yoël Moshe Salomon, «la Porte de l’Espérance»

  1. cathou says:

    Joli texte. Jolie chanson.
    Merci de cet instant “poétique”.
    Bien courageux le Salomon….

    • Haïm says:

      Cathou shalom,
      Merci Cathou. Ce poeme est tres celebre en Israel. J’ai cru bon de le traduire afin d’en faire profiter celles et ceux qui n’ont pas acces a la langue de Moise.
      Ta fidelite a notre blog biblique m’enchante toujours. Tu ne manques aucun article. Cela est tout a ton honneur!
      Amities,
      Haim

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>