La Cité biblique de Shilo: herméneutique du nom [4]

Le terme «Shilo» a suscité au cours des générations passées maintes interprétations théologiques:

«לֹא יָסוּר שֵׁבֶט מִיהוּדָה וּמְחֹקֵק מִבֵּין רַגְלָיו עַד כִּי יָבֹא שִׁילֹה וְלוֹ יִקְּהַת עַמִּים» (בראשית מ”ט, י’)

«Le sceptre n’échappera point à Juda, ni l’autorité à sa descendance, jusqu’à l’avènement de celui auquel il appartient [שֶׁלו /Shelo en Hébreu, sous-entendu, le Messie, à qui appartient la royauté], auquel obéiront les peuples.» (Gen. 49, 10).

Ou bien:

Le sceptre n’échappera point à Juda, ni l’autorité à sa descendance, jusqu’à ce que [le Messie, à qui appartient la royauté] vienne à Shilo, [Messie] auquel obéiront les peuples. (Gen. 49, 10).

«לָא יִעְדֵּי עָבֵיד שׁוּלְטָן מִדְּבֵית יְהוּדָה, וְסָפְרָא מִבְּנֵי בְנוֹהִי עַד עָלְמָא, עַד דְּיֵיתֵי מְשִׁיחָא דְּדִילֵיהּ הִיא מַלְכוּתָא וְלֵיה יִשְׁתַּמְעוּן עַמְמַיָּא» (תרגום אונקלוס על הפסוק).

«Le gouvernement ne disparaîtra point de la maison de Juda, ni le Livre [de la Tora] de sa descendance, à jamais, jusqu’à ce que vienne le Messie, à qui appartient la royauté, que les peuples écouteront» (Gen. 49, 10). (Traduction et interprétation d’Onkelos).

Selon la tradition hébraïque, ce verset peut avoir plusieurs interprétations: il fait allusion à la division en deux royaumes (Juda et Israël), qui a eu lieu près de Shilo (à Shekhem) du temps du roi Roboam, fils de Salomon. Ce verset prévoit donc de rétablir une seule royauté unissant le Royaume du Sud (Juda) au Royaume du Nord (Israël). Effectivement, celui qui prophétise la séparation en deux royaumes est le grand-prêtre Ahiyah de Shilo (I Rois 11, 29-31). Le mot «Shilo» («שִׁילֹה») pourrait être interprété comme venant du mot: «שִׁילִיָתָהּ», «son placenta», en d’autres termes: «les descendants de Juda»; ou bien du mot «שֶׁלוֹ», «ce qui lui appartient», c’est-à-dire, selon la seconde version du verset: «ce qui appartient au Messie», qui est la royauté. Mais le commentateur français du Moyen-âge Rashi de Troyes, interprète ce mot: («שִׁילֹה») ainsi: «שַׁי לוֹ», «un présent pour lui» (Psaumes 76, 12), et il explique: «des rois lui amèneront un présent». Or, Rashi reprend lui-même une tradition plus ancienne probablement adoptée par les évangélistes. Ceux-ci considèrent la visite des rois-mages offrant des présents à Jésus nouveau-né comme une confirmation de la messianité supposée de ce dernier. En outre, les Chrétiens voient dans ce terme «שִׁילֹה» la figure de Jésus en tant que Messie, qui «annoncera toutes choses» (Jn. 4, 25) et règnera avec équité, selon le verset: «Mais [il est dit] quant au Fils: ô Dieu! Ton trône [demeure] aux siècles des siècles, et le sceptre de ton Royaume est un sceptre d’équité»  (Hébreux 1, 8).

Dans cette perspective, les Hasmonéens, en s’appropriant la royauté alors qu’elle revenait uniquement à la tribu de Juda, ont commis une faute et l’ont ainsi perdue, conduisant le royaume qu’ils avaient bâti et libéré du joug des Grecs à sa perte.  Pourtant le commentateur biblique Abrabanel  pense que les Hasmonéens n’ont guère fauté. Le sceptre dont il est question dans le verset signifie le «jugement». Les Hasmonéens sont à la tête du Sanhedrin et plus tard, selon Rashi, des exilés à Babylone.

Une autre signification de «שִׁילֹה» serait: שַׁלְוָה (paix, sérénité), selon le verset:

 «כִּי לֹא בָאתֶם עַד עָתָּה אֶל הַמְּנוּחָה וְאֶל הַנַּחֲלָה אֲשֶׁר יְהוָה אֱלֹהֶיךָ נֹתֵן לָךְ» (דברים י”ב, ט’);

«C’est que vous n’avez pas encore atteint la possession tranquille, l’héritage que l’Éternel, ton Dieu, te réserve» (Deut. 12, 9).

«שַׁאֲלוּ שְׁלוֹם יְרוּשָׁלִָם יִשְׁלָיוּ אֹהֲבָיִךְ. יְהִי שָׁלוֹם בְּחֵילֵךְ שַׁלְוָה בְּאַרְמְנוֹתָיִךְ »

«Demandez la paix de Jérusalem: “Qu’ils soient heureux ceux qui t’aiment!” Que la paix règne dans tes murs, la sérénité dans tes palais! » (Ps. 122, 6-7)

«Venir à Shilo» c’est aussi «venir vers la tranquillité, l’héritage que Dieu donne». En d’autres termes, au moment où Dieu donnera à son peuple son héritage aux temps messianiques alors le peuple juif et le monde entier trouveront la sérénité. Ce passage, selon la tradition hébraïque, aurait été écrit du temps de la royauté de David, exprimant dans une bénédiction l’espoir que la royauté ne quittera pas la tribu de Juda.

Jérusalem, la capitale d’Israël, héritera de cette paix initialement présente à Shilo.

 

Pour plus d’informations sur nos cours d’Hébreu biblique, CLIQUEZ sur ce lien.

Article préparé en collaboration avec Myriam Ouizemann

Haïm Ouizemann

Haimo@eteachergroup.com

 

4 Responses to La Cité biblique de Shilo: herméneutique du nom [4]

  1. cathou says:

    Je n’ai pas encore trouvé tous les passages bibliques relatifs à Shilo.
    Toutefois il semblerait bien qu’au moment où les israélites se trouvent à Shilo, l’unité du peuple n’est pas évidente. Jalousie des autres tribus de la détention du Tabernacle à Shilo; mais aussi retour des attirances vers le polythéisme.
    Il y aurait donc une volonté farouche de faire de Shilo la capitale de monothéisme. La ville gardienne des traditions monothéistes.

  2. Maritie says:

    Je lis avec respect vos commentaires, les reports à Rashi de Troyes et Abrabanel. Je vous remercie pour toute cette culture et toutes ces connaissances que vous voulez bien me proposer et me partager. Cela me nourrit !

  3. reagan says:

    I like shilo

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>