La prière de Hanna

Hanna en méditation

Hanna en méditation

La supplication de Hanna aspirant de toute son âme à serrer dans ses bras un enfant constitue le modèle de la prière au sein de la Tradition d’Israël. Nous apprenons avec elle comment prier. Hanna «parle en son cœur». Quelle peut-être la signification de ce verset? La force de Hanna réside dans l’intériorité silencieuse de sa prière. Qui peut donc vraiment comprendre la douleur d’une femme stérile, humiliée par Penina, laseconde épouse d’Elkana (I Sam. 1: 5)? Héli, le Grand Prêtre ignorant la douleur de Hanna, n’est pas plus à même de comprendre l’attitude contemplative de Hanna. Seul l’Eternel est et reste à l’écoute attentive du cri silencieux de Hanna: celle-ci, épanchant son cœur vers le Maître de l’univers, y focalise et dirige toute son intention:

«וָאֶשְׁפֹּךְ אֶת-נַפְשִׁי לִפְנֵי יְהוָה » (שמואל א’, א’, ט”ו).

«J’ai épanché mon âme devant l’Eternel» (I Sam. 1: 15).

A quelle source Hanna puise-t-elle donc sa force? Quelle est la véritable intention de sa méditation silencieuse?

» וְגַם אָנֹכִי הִשְׁאִלְתִּהוּ לַיהוָה כָּל-הַיָּמִים אֲשֶׁר הָיָה הוּא שָׁאוּל לַיהוָה וַיִּשְׁתַּחוּ שָׁם לַיהוָה» (שמואל א’, א’, כ”ז).

«Mais à mon tour je l’avais voué au Seigneur: depuis qu’il est né, il est consacré à Dieu. Alors on se prosterna devant l’Eternel» (I Sam. 1: 27).

Le désir profond de Hanna de donner naissance ne doit point nous méprendre sur son intention véritable. En vouant son futur fils à l’Eternel, Roi de toutes les galaxies et des innombrables étoiles de la voûte céleste (Eternel-des Armées יְהוָה צְבָאוֹת), elle avoue l’avoir consacré totalement au service divin. Le terme hébraïque שָׁאוּל signifie «emprunté» à l’Eternel. Ce terme reflète la haute conscience de Hanna de ce que ce fils ne lui est que provisoirement confié. Il sera appelé à instaurer le Royaume de Dieu sur terre par le biais de l’onction des rois Saül et David et, en vertu de cette dernière mission, mènera l’ensemble du peuple d’Israël et le monde entier à la reconnaissance de l’unicité de l’Eternel (I Sam. 2: 10). Le Messie issu de David aura pour mission d’apporter la paix chez tous les hommes.

Apprenons comme Hanna, la mère de Samuel, à méditer dans le silence afin que nos prières soient agréées par l’Eternel pour le bonheur d’autrui et celui du genre humain.  Il n’est de prière dite avec sincérité et intention qui ne revienne vide.

Mardi soir, vous êtes convié(e)s à notre rencontre biblique bimensuelle «La prière de Hanna». Je vous propose de vous associer à l’initiative d’une chaîne de prière où chacun et chacune d’entre nous développera son pouvoir intérieur de méditation contemplative. L’infini pouvoir réparateur de la prière permet de dépasser les frontières, les cultures et de briser les préjugés des uns à l’encontre des autres. Rien d’impossible à celui qui épanche son âme face à l’Eternel! La prière vécue comme une expérience de transformation intérieure détient la force suprême, dans le respect de nos différences respectives, de réunir en un seul et même faisceau de lumière la conscience d’hommes et de femmes qui, épris de paix, invoquent ensemble le Nom divin:

«כִּי-אָז אֶהְפֹּךְ אֶל-עַמִּים שָׂפָה בְרוּרָה לִקְרֹא כֻלָּם בְּשֵׁם יְהוָה לְעָבְדוֹ שְׁכֶם אֶחָד» (צפניה ג’, ט’).

«Mais alors aussi je gratifierai les peuples d’une langue limpide, pour que tous ils invoquent le nom de l’Eternel et le serviront d’ucœur  unanime (d’une même épaule)» (Tsephania 3, 9).

Les liens d’accès à la classe du webinaire:

http://campus.eteachergroup.com/campuses/classicalhebrew/login/GuestEntrance.asp?LessonID=1272052

http://eteacherbiblical.com/fr/webinar?nav=lang_menu

Cordial shalom d’Israël,

Pour plus d’informations sur nos cours d’Hébreu biblique, CLIQUEZ sur ce lien.

Haïm Ouizemann

Haimo@eteachergroup.com

 

 

 

One Response to La prière de Hanna

  1. Maurice Herold says:

    Je suppose que “Tsephania” = “Cephania” en français: “Sophonie”. Toutefois le vœu d’un langage universel, compris de tous,ne semble pas prêt à se réaliser, et reste un vœu ! L’ expérience (ratée hélas) de l’ espéranto semble le démontrer… Je suis personellement totalement athée. S’il existe, pourquoi le “Dieu d’Israël” ne donnes-t-il pas un coup de pouce ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>