La Tora, pour une Restauration du monde

«רֹדֵף צְדָקָה וָחָסֶד יִמְצָא חַיִּים, צְדָקָה וְכָבוֹד »

«Celui qui poursuit la justice et la bonté trouvera vie, salut et honneur»

(Proverbes 21,20)

Pour les Sages d’Israël,  le programme initial du Livre de la Genèse est de développer l’idéal d’une éthique universelle allant jusqu’à dépasser l’injonction divine. Cette vision est traduite par les paroles suivantes:

«דֶּרֶךְ אֶרֶץ קַדְּמָה לַתּוֹרָה» («Dere’kh  Erets  Kadma laTorah»)

 «Le droit naturel dépasse les Tables de l’Alliance».

Comment imaginer que l’idéal du droit naturel soit supérieur à l’éthique biblique? Quelle distinction existe-t-il entre l’éthique naturelle et l’éthique biblique?

La morale naturelle, expression de la raison humaine, a pour but l’instauration d’un monde pacifique, les hommes étant libres et égaux entre eux. Or, ce dessein, en l’absence de discipline intérieure, s’avère être, dès le début de la Création, voué à l’échec. Outrepassant les entraves et limites naturelles de sa conscience, il donne libre cours au déchaînement de  ses passions:

* Adam outrepasse l’interdit de consommer du fruit interdit:

«וַיְצַו יְהוָה אֱלֹהִים, עַל-הָאָדָם לֵאמֹר: מִכֹּל עֵץ-הַגָּן, אָכֹל תֹּאכֵל. וּמֵעֵץ, הַדַּעַת טוֹב וָרָע--לֹא תֹאכַל, מִמֶּנּוּ: כִּי, בְּיוֹם אֲכָלְךָ מִמֶּנּוּ–מוֹת תָּמוּת»

«L’Éternel-Dieu donna un ordre à l’homme, en disant: “Tous les arbres du jardin, tu peux t’en nourrir; mais l’arbre de la science du bien et du mal, tu n’en mangeras point: car du jour où tu en mangeras, tu devras mourir!»(Gen.2, 16-17)

* Caïn assassine son propre frère:

 «וַיָּקָם קַיִן אֶל-הֶבֶל אָחִיו וַיַּהַרְגֵהוּ «

«Caïn se jeta sur Abel, son frère, et le tua» (Gen. 4, 8)

* Légitimation de la violence générale (le vol,  les interdits  liés aux mœurs…):

«וַתִּשָּׁחֵת הָאָרֶץ, לִפְנֵי הָאֱלֹהִים; וַתִּמָּלֵא הָאָרֶץ, חָמָס»

«Or, la terre s’était corrompue devant Dieu, et elle s’était remplie d’iniquité» (Gen. 6, 5-11).

Bien que l’homme ait été créé à l’image de Dieu, il se montre incapable de  surmonter sa nature:

«…כִּי יֵצֶר לֵב הָאָדָם רַע מִנְּעֻרָיו »

 «Les conceptions du cœur de l’homme sont mauvaises dès son enfance» (Gen.8, 21)

Les principes fondamentaux de la Déclaration universelle des Droits de l’homme dictés par la morale naturelle restent encore très largement bafoués par l’ensemble de  l’humanité indifférente à la souffrance de l’autre: «Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité» (Article premier).

L’inévitable processus de décadence  morale du genre humain décrite tout au long du  Livre de la Genèse trouve son remède, son «Tikkoun» (Littéralement «Réparation»), dans les cinq Paroles (parmi les Dix Paroles ou Commandements) liant l’homme à son prochain:

1- «לֹא תִרְצָח»

«Ne commets point d’homicide» – pour réparer le geste de Caïn tuant son propre frère Abel (Gen. 4, 8), et condamner l’intention des frères de Joseph de le tuer (Gen. 37, 20)

2-   «לֹא תִנְאָף»

«Ne commets point d’adultère» – Abraham sait que, pour ne point commettre d’adultère, les habitants de Grar n’hésiteront point à le tuer. Il demande donc à Sarah d’affirmer qu’elle est sa sœur, puisqu’elle est vraiment sa sœur du côté de son père, mais non pas de sa mère (Gen. 20, 12). «Abraham répondit: C’est que je pensais: Pour peu que la crainte de Dieu ne règne pas dans ce pays, ils me tueront à cause de ma femme» (Gen. 20, 11; 39; Résistance de Joseph à la tentation de la femme de Potiphar Gen. 7-12).

3- «לֹא תִגְנֹב»

 «Ne commets point de larcin». Ceci pour réparer le vol de Joseph par les Midianites qui l’ont tiré du puits et vendu pour 20 sicles (Gen. 37, 28) et le vol du puits d’Abraham par les habitants de Grar (Gen 20, 25-30).

4-  «לֹא-תַעֲנֶה בְרֵעֲךָ עֵד שָׁקֶר»

«Ne rends point contre ton prochain un faux témoignage». En réparation de ce que les frères de Joseph envoient la tunique de Joseph à Jacob, quand elle est teinte du sang d’un bouc (Gen. 37, 31-34).

 

5-  «לֹא תַחְמֹד, בֵּית רֵעֶךָ;  לֹא-תַחְמֹד אֵשֶׁת רֵעֶךָ … וְכֹל, אֲשֶׁר לְרֵעֶךָ«

«Ne convoite pas la maison de ton prochain; Ne convoite pas la femme de ton prochain… ni rien de ce qui est à ton prochain» (Ex.20, 12-13). En réparation du fait d’avoir mangé du fruit de l’arbre du Bien et du Mal, qui, après la tentation du serpent, a tout d’un coup paru «attirant a  l’œil» (Gen. 3, 6).

«בָּרָאתִי יֵצֶר הָרָע וּבָרָאתי לוֹ תּוֹרָה תַּבְלִין»

«J’ai créé l’instinct du mal, et j’ai créé son remède: la Tora» (Talmud Babel, Traité Quidoushin 30, b).

La Tora («l’Enseignement»), considérée comme contenant des préceptes d’ordre éthique et une exigence de Justice, est donnée à l’homme pour remédier à son inaptitude à coexister pacifiquement avec son prochain. L’éthique biblique se fondant sur l’imposition de limites morales à la conscience humaine n’annule en rien la morale naturelle. Bien au contraire, elle la renforce.

«כִּי זֹאת הַבְּרִית אֲשֶׁר אֶכְרֹת אֶת-בֵּית יִשְׂרָאֵל… נָתַתִּי אֶת-תּוֹרָתִי בְּקִרְבָּם, וְעַל-לִבָּם אֶכְתְּבֶנָּה; וְהָיִיתִי לָהֶם לֵאלֹהִים, וְהֵמָּה יִהְיוּ-לִי לְעָם. וְלֹא יְלַמְּדוּ עוֹד, אִישׁ אֶת-רֵעֵהוּ וְאִישׁ אֶת-אָחִיו לֵאמֹר, דְּעוּ, אֶת-יְהוָה»

«Mais voici quelle alliance je conclurai avec la maison d’Israël… Je ferai pénétrer ma loi en eux, c’est dans leur cœur que je l’inscrirai; je serai leur Dieu et ils seront mon peuple. Et ils n’auront plus besoin ni les uns ni les autres de s’instruire mutuellement en disant: “Reconnaissez l’Eternel!”» (Jer.31, 32-33)

Interprétation de “Ani VéAtah Néshané ett HaOlam” ( “Toi et moi transformerons le monde”) d’Arik Einstein

Haïm Ouizemann

7 Responses to La Tora, pour une Restauration du monde

  1. cathou says:

    Oui Haïm. Le tout début de la genèse est très très intéressant, parce qu’il pose l’état des lieux.
    Un état des lieux scientifique et historique, un état des lieux de la spiritualité, un état des lieux de l’humain.

    Cet humain fait de poussières de la terre, est dès sa création rattaché à la terre. Dès sa création il a une caractéristique qui le différencie des animaux: il est porteur du désir. Comme il a eu envie de manger du fruit interdit, toute sa vie l’humain a envie de quelque chose: envie d’amour, envie de bonheur, envie de ce qu’il voit ailleurs, envie d’argent, envie de bonbons, envie de rapports sexuels, envie de se laisser aller, envie, envie, envie ….
    Cette envie, ce désir qui commence par manger un simple fruit, va aller jusqu’au meurtre.
    Ces quelques phrases sont très fortes et très importantes. Elles nous apprennent effectivement que nous devons apprendre à maîtriser ces envies, ces désirs. Mais elles nous apprennent encore plus:
    Oui Adam et Eve vont manger ce fruit et ils se font expulser d’une vie qui aurait pu être agréable, mais ils se savaient pas comment faire. Ils ont donc transmis à leur enfants leurs désirs. Cain ne sait pas reconnaître qu’il est jaloux de son frère, malgré les mises en garde il va continuer à porter le désir de ses parents jusqu’à tuer son frère.

    Cette petite histoire nous explique qu’il nous faut admettre que nous sommes tous porteurs de désirs, porteurs du mal.
    Nous devons apprendre à reconnaître quand ce désir commence à nous travailler et qu’il risque de se transformer en mal, cette étape est importante, c’est en reconnaissant que nous avons trop envie de quelque chose que nous pouvons essayer d’y remédier. Parce qu’il est évident que si nous n’avons pas conscience du mal qui commence à nous envahir, nous ne pourrons pas y remédier.
    Nous apprenons aussi que lorsque les parents ne savent pas, ou ne font pas l’effort de maîtriser leurs désirs ils les transmettent à leur descendance. Nous sommes responsables du futur de nos enfants, nous devons faire attention à ce que nos mauvaises actions, mauvaises paroles ne retombent pas sur eux, ou du moins possible. Sinon comme Cain notre descendance en portera le fardeau, et devra en répondre.

    Maintenant il y a une phrase, toute petite et très intéressante, quand Adam et Eve quitte l’éden, Dieu dit: “et voilà l’homme devenu comme l’un de nous par la connaissance du bonheur et du malheur”.
    Pour le “nous” je n’ai pas trouvé d’explication, mais comme chaque mot, même en traduction française, est important .. je pencherai pour une trace volontaire de polythéisme. (mais ce n’est qu’une suggestion)
    L’homme est à l’image de Dieu, et comme Dieu il a connaissance du bien et du mal, comme Dieu il est porteur de désir.
    C’est très intéressant là aussi, parce que l’humain ne peut pas être parfait comme Dieu, comme le Dieu créateur.
    Mais l’humain a les mêmes caractéristiques que Dieu. Et en effet Dieu va parfois se laisser aller à la colère, belle colère comme un déluge qui va tuer des humains.
    Mais là Haïm, tu feras sans doute une page à ce sujet, très important aussi. Et tout n’est pas encore très clair pour moi dans cette phrase.

    Ensuite nous avons une progression. La Thora va se construire peu à peu, jusqu’à l’aboutissement très complet de la Thora que Moïse va donner, et qui est LA solution donnée aux humains pour vivre du mieux possible.
    En français on traduit Thora par Loi. En Inde on dit Enseignements pour des textes assez semblables.
    Le mot Enseignement nous indique un apprentissage de disciplines plus ou moins volontaires, selon les capacités de chacun.
    Le mot Loi nous indiquerai plutôt un ensemble
    de disciplines plus ou moins arbitraires à imposer pour vivre mieux.

    Ah làlàlà…. Haïm tu me fais partir dans des raisonnements…..

  2. cathou says:

    En fait, oui, l’idéal est d’arriver à ne plus avoir besoin, ni de rites, ni des enseignements de la Tora. L’humain a toutes les capacités pour s’en affranchir s’il arrive à bien les comprendre, à bien les intégrer dans sa vie quotidienne.

    • Haïm says:

      Cathou shalom,
      L’essentiel pour les Prophetes d’Israel n’est pas tant le rite que la justice et l’amour de l’autre.
      Bonne journee,
      Haim

  3. cathou says:

    Tu as raison. Les rites sont là pour nous rappeler ce que nous devons faire et pour quelles raisons. Je n’arrive plus à retrouver le passage d’évangile où Jésus dit que se laver les mains pour manger est bien, mais si en se mettant à table le coeur n’est pas pur, le lavage des mains ne sert pas à grand chose. Enfin c’est qq chose comme ça.
    Bon niveau hygiène c’est bien aussi d’avoir les mains propres.
    Mais je pense que bien des gens ont besoin des rites, du rituel, parce qu’ils n’en comprennent pas toujours le sens. C’est une façon de se faire bien voir des autres et de dieu. Je pense que dans toutes le religions il y a des gens qui ont besoin des rituels.
    Attention je ne te dis pas que je pense ainsi, j’ai juste pu constater ça. C’est normal, la Bible, comme tous les textes sacrés ont plusieurs degrés de lecture, l’humain a plusieurs degré de compréhension de la spiritualité (en Inde ces degrés se traduisent par les castes… Enfin pas pour tous les hindous, seulement certaines écoles, mais je n’ai pas encore compris lesquelles. Le jain lui ne reconnait pas du tout les castes)

  4. spijkerman claude says:

    je suis interessée par l’apprentissage de l’hébreu biblique ( jeconnais déjà un peu )

  5. [...] Toutes ces interprétations sont liées par un dénominateur commun: l’homme est en son essence un être éthique. Celui-ci, par l’adoption du retrait intérieur, la retenue, la modération intérieure et son libre-arbitre détient, à l’instar de Dieu, le merveilleux pouvoir de création et de תִּקּוּן Tikkoun (Réparation). [...]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>