Le renouveau de l’Hébreu

«Le succès de l’hébreu prouve qu’une langue ancienne peut s’adapter à une nouvelle réalité» (Académie de la langue hébraïque).

Paris. 2008. Grâce à l’initiative de l’Académie de la langue hébraïque (HaAcadémiah LaLashon HaIvrit), l’Assemblée générale de l’Unesco décide de rendre hommage à la figure emblématique d’Eliezer Ben Yéhouda (1858-1922), couronnant ainsi une vie et une œuvre exceptionnelles vouées totalement au renouveau de la langue hébraïque.

Issu d’une famille profondément hassidique, Eliezer Ben Yéhouda est, dès sa plus jeune enfance, instruit dans l’étude des textes liturgiques hébraïques et des sources se rattachant à la tradition juive classique. Pourtant, inspiré par les nihilistes russes, il rompt avec son appartenance au peuple juif. Il avoue, cependant, que c’est à son attachement à la langue hébraïque qu’il doit sa non-assimilation à la nation russe. Eliezer Ben Yéhouda est intimement persuadé que la rédemption d’Israël ne s’accomplira que par le renouveau de l’hébreu comme langue nationale: En 1877, il écrit: «Les Juifs ne peuvent être vraiment vivants que s’ils retournent au pays de leurs pères et qu’ils reviennent à la langue biblique» Et encore: «l’Hébreu est la seule voie pour réaliser la rédemption de la nation juive». Fidèle à cette vision, et sous l’influence de l’émergence des nationalités et du mouvement de la Haskala (Aufklärung), il décide, avec son épouse Dévorah Yonas, d’adopter l’hébreu comme langue vernaculaire. Après avoir collaboré au Journal hébreu HaBaTSelet («Un Lys») en tant que rédacteur en chef-adjoint, il fonde en 1884 son propre Journal «HaTsVi» («Le Cerf»), véritable plateforme où il exhorte les jeunes pionniers et les futurs fondateurs de l’Etat d’Israël à ne s’exprimer qu’en hébreu. Devenu enseignant à l’Ecole de l’Alliance Française Universelle, il n’a de cesse de vouloir propager l’hébreu. Malgré l’absence de manuels scolaires en hébreu, son entreprise se voit couronnée de succès. En 1891, la maison d’Eliezer Ben Yehouda se transforme en Centre du Comité de la Langue hébraïque. Au terme de la première guerre mondiale, Eliezer Ben Yéhouda retourne en Erets Israël après avoir fuit les persécutions ottomanes. Le mérite lui revient d’assister à la reconnaissance de son œuvre majeure par l’Administration mandataire britannique qui déclare l’hébreu langue officielle en Erets Israël. Eliezer Ben Yéhouda s’éteint en 1922 mais son œuvre, la résurrection de l’hébreu, continue à vivre et s’épanouir.

‘Hava Alberschtein et Motti Caspi interprètent “Eliezer Ben Yéhouda”

L’hébreu, aujourd’hui couramment parlé, écrit et lu en Israël, témoigne des justes efforts de ce grand visionnaire qui aspira à lier tous les Juifs venus de tous les horizons mais divisés par une multiplicité de langues, par une langue commune, acceptable par tous (*1). L’hébreu constitua à n’en point douter le lien unificateur qui, de fait, permettra la résurrection nationale, spirituelle et culturelle du peuple juif sur la terre ancestrale promise à ses Patriarches, les premiers Hébreux.

Le rêve  d’Eliezer Ben Yéhouda, longtemps considéré comme une utopie, prend finalement forme et se réalise du vivant même de ce visionnaire solitaire.

Quelques mots d’hébreu moderne construits sur une racine biblique:

Mot d’hébreu moderne Mot d’hébreu biblique
שִׁמְשִׁיָה   (parasol) שֶׁמֶשׁ  (soleil)
יְרִחוֹן   (journal, mensuel) יָרֵחַ   (lune)
מִדְרַכָה   (trottoir) דֶּרֶךְ   (chemin)
 מַעֲטָפָה (enveloppe) עָטַף   (envelopper)

 

(*1) Le français et l’allemand, entre autres, ont brigué un temps l’honneur d’être cette langue commune à tous. Après le décès d’Eliezer Ben Yéhouda, Moshe Tsvi Segal, Professeur de Bible et de linguistique sémitique à l’Université Hébraïque de Jérusalem édite les huitième et neuvième volumes du “Dictionnaire intégral d’Hébreu Ancien et Moderne”.

 

Haïm Ouizemann

6 Responses to Le renouveau de l’Hébreu

  1. cathou says:

    Oui, évidemment. En Israël on parle hébreu. J’apprends que ce qui semble une évidence, n’est finalement que grâce à cet homme: Eliezer Ben Yéouda. Je ne promets pas de retenir ce nom, mais c’est intéressant, comme toujours.
    Merci et BONNE ANNEE internationale à tous.

  2. cathou says:

    Ah je viens d’aller voir ces 2 sites, très intéressant, surtout l’hébreu biblique.
    Pour apprendre, mémoriser l’hébreu ça je n’essaie même pas, je vais lire avec beaucoup d’intérêt ça oui!!!!
    Enfin doucement.
    Par contre pour y accéder je suis toujours obligée de passer par ces liens????

    • Haïm says:

      Cathou shalom,
      Nous n’en sommes qu’au debut. Pour l’hebreu biblique tu dois inscrire sur faire Face book: “Etude d’hebreu biblique”, pour l’hebreu moderne “J’aime l’hebreu”.
      Merci a toi. Tu es la premiere a t’etre inscrite aux 2 pages de FaceBook. Kol haKavod, bravo.
      Au plaisir de te lire,
      Haim

      • cathou says:

        Bonjour Haïm
        Oui,mais tu sais je n’y comprends pas grand chose… c’est de l’hébreu (dans le sens bien français de l’interprétation)
        Quand aux lettres, alors là elles se ressemblent toutes. (ouiiiiii je sais coincée de la cervelle)

        • Haïm says:

          Shalom Cathou,
          Je crois qu’il faut s’y habituer, tout simplement et alors tu pourras dire “ce n’est plus de l’hebreu pour moi”. L’hebreu facilite le travail du cerveau, je peux te l’assurer.
          Haim

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>