Le rouleau d’Esther: le jeûne, l’arme du faible?

Jeudi 21 février 2013/11 Adar 5773, le peuple d’Israël jeûnera par anticipation en souvenir de la victoire d’Esther et de son oncle Mordekhaï (Mardochée), de la tribu de Benjamin, descendant d’un frère du roi Saül, sur le complot préparé par Aman, descendant d’Agag l’Amalécite qui ordonna la destruction physique de l’ensemble des Juifs vivant alors en Perse et dans ses 127 provinces.

Ainsi, quelques générations plus tard, Saül fils de Qish n’ayant pas éliminé Agag l’Amalécite, Mordekhaï, descendant de Qish, se retrouve face-à-face avec Aman, descendant d’Agag. En d’autres termes, Mordekhaï, avec l’aide de sa nièce Esther, est chargé de terminer la mission que Saül n’avait pas achevée: éliminer Agag (I Sam. 15, 1-10). .

Le nom de ce jeûne, (Ta’anit Estherתַעֲנִית אֶסְתֵּר,), provient de la racine hébraïque ע.נ.ה (Ina’). Les substantifs «עָנִי» (Ani, «pauvre») (Deut. 24, 15); «עָנָו» (anav, «humble») (Nb. 12, 3), «עֹנִי» (oni misère) (Ex. 3, 7) trouvent leur origine dans cette même racine du verbe ע.נ.ה.  signifiant «éprouver», «souffrir»:

«וּבֶעָשׂוֹר לַחֹדֶשׁ הַשְּׁבִיעִי הַזֶּה מִקְרָא-קֹדֶשׁ יִהְיֶה לָכֶם וְעִנִּיתֶם אֶת-נַפְשֹׁתֵיכֶם» (במדבר כ”ט, ז’).

«Et au dixième jour de ce septième mois, il y aura pour vous convocation sainte: vous mortifierez vos âmes» (Nomb. 29, 7);

…«faire pression»:

«וְזָכַרְתָּ אֶת כָּל הַדֶּרֶךְ אֲשֶׁר הוֹלִיכְךָ יְהוָה אֱלֹהֶיךָ זֶה אַרְבָּעִים שָׁנָה בַּמִּדְבָּר לְמַעַן עַנֹּתְךָ לְנַסֹּתְךָ לָדַעַת אֶת-אֲשֶׁר בִּלְבָבְךָ הֲתִשְׁמֹר מִצְו‍ֹתָו אִם לֹא» (דברים ח’, ט”ז)

«Tu te rappelleras cette traversée de quarante ans que l’Éternel, ton Dieu, t’a fait subir dans le désert, afin de t’éprouver par l’adversité, afin de connaître le fond de ton cœur, si tu resterais fidèle à ses lois, ou non» (Deut. 8, 16).

… mais aussi «répondre»:

«מִן הַמֵּצַר קָרָאתִי יָּהּ; עָנָנִי בַמֶּרְחָב יָהּ» (תהילים קי”ח, ה’)

« Du fond de ma détresse j’ai invoqué l’Eternel: il m’a répondu [en me mettant] au large» (Ps. 118, 5).

Par la contrition sincère, l’homme s’ouvre au Tout-Puissant qui répond à ses prières.

Le but du jeûne est didactique (cf. verset Deut. 8, 16) et consiste à éduquer l’homme à une attitude de modestie intérieure, d’introspection, de repentance ou retour sur soi-même (תְּשוּבָה Teshouva) et de purification:

«כִּי בַיּוֹם הַזֶּה יְכַפֵּר עֲלֵיכֶם לְטַהֵר אֶתְכֶם» (ויקרא ט”ז, ל’).

«Car en ce jour, on fera propitiation sur vous afin de vous purifier» (Lev. 16, 30).

C’est ce que dit en substance Jésus, quand il constate que certains «démons» (que l’on appellerait aujourd’hui des «mauvais penchants») ne peuvent être vaincus que par «le jeûne et la prière» (Mc. 9, 25-29). Il met cependant l’accent sur l’approche très intime, très personnelle, du jeûne de contrition: on jeûne devant Dieu, mais pas devant les hommes (Mt. 6, 16-18).

Le jeûne d’Esther commémore dans le Rouleau d’Esther (Meguilat Esther- מְגִילַת אֶסְתֵּר) le jeûne demandé par la reine Esther pour contrecarrer les desseins funestes d’Aman:

«לֵךְ כְּנוֹס אֶת-כָּל הַיְּהוּדִים הַנִּמְצְאִים בְּשׁוּשָׁן וְצוּמוּ עָלַי וְאַל תֹּאכְלוּ וְאַל-תִּשְׁתּוּ שְׁלֹשֶׁת יָמִים לַיְלָה וָיוֹם גַּם אֲנִי וְנַעֲרֹתַי  אָצוּם כֵּן וּבְכֵן אָבוֹא אֶל הַמֶּלֶךְ אֲשֶׁר לֹא-כַדָּת וְכַאֲשֶׁר אָבַדְתִּי אָבָדְתִּי» (אסתר, ד’, ט”ז)

«Va rassembler tous les juifs présents à Suse, et jeûnez à mon intention; ne mangez ni ne buvez pendant trois jours ni jour ni nuit moi aussi avec mes suivantes, je jeûnerai de la même façon. Et puis je me présenterai au roi, et si je dois périr, je périrai!» (Esther 4, 16)

Le terme צּוֹם mentionné ici, synonyme de תַעֲנִית, renvoie au mot צִמְצוּם (TsimTsoum): «retrait, contraction, intériorisation». L’homme réduit volontairement ses besoins physiques afin de développer la dimension spirituelle cachée en l’intimité de son être et atteindre à la maitrise de soi.

Par ailleurs, les Hébreux avaient pour devoir de jeûner avant de s’engager dans la bataille:

«וַיֹּאֶל שָׁאוּל אֶת הָעָם לֵאמֹר אָרוּר הָאִישׁ אֲשֶׁר יֹאכַל לֶחֶם עַד הָעֶרֶב וְנִקַּמְתִּי מֵאֹיְבַי וְלֹא-טָעַם כָּל הָעָם  לָחֶם» (שמואל א’, י”ד, כ”ד).

«Saül avait adjuré le peuple en disant: “Malheur à celui qui prendrait de la nourriture avant le soir, avant que j’aie fait justice de mes ennemis!” Et le peuple entier ne goûta quoi que ce fût» (Samuel I 14, 24).

Pourquoi Saül ordonne-t-il un jeûne complet à ses troupes? Ne les affaiblit-il point et ne risque-t-il point de les mener à un échec militaire certain?

«וְאָמַרְתָּ בִּלְבָבֶךָ כֹּחִי וְעֹצֶם יָדִי עָשָׂה לִי אֶת-הַחַיִל הַזֶּה  וְזָכַרְתָּ, אֶת יְהוָה אֱלֹהֶיךָ כִּי הוּא הַנֹּתֵן לְךָ כֹּחַ  לַעֲשׂוֹת חָיִל לְמַעַן הָקִים אֶת בְּרִיתוֹ אֲשֶׁר נִשְׁבַּע לַאֲבֹתֶיךָ» (דברים ח’, י”ז-י”ח).

«…et tu diras en ton cœur: “C’est ma propre force, c’est le pouvoir de mon bras, qui m’a valu cette richesse.” Non! C’est de l’Éternel, ton Dieu, dont tu dois te souvenir, car c’est lui qui t’aura donné le moyen d’arriver à cette prospérité, voulant accomplir l’alliance jurée à tes pères» (Deut. 8, 17-18).

Israël, affaibli physiquement et en son orgueil par le jeûne, valorise non point la force armée mais la grandeur de Dieu qui lui apporte la victoire. La victoire militaire remportée sur l’ennemi n’appartient point aux Hébreux affaiblis mais au Dieu Tout-Puissant, l’éternel Gardien de Son Peuple. Moïse, selon la tradition, aurait lui aussi jeûné avant de défendre Israël contre Amaleq, l’ancêtre d’Aman:

«וַיַּעַשׂ יְהוֹשֻׁעַ, כַּאֲשֶׁר אָמַר-לוֹ מֹשֶׁה–לְהִלָּחֵם, בַּעֲמָלֵק; וּמֹשֶׁה אַהֲרֹן וְחוּר, עָלוּ רֹאשׁ הַגִּבְעָה» (שמות י”ז, י’).

«Josué exécuta ce que lui avait dit Moïse, en livrant bataille à Amaleq, tandis que Moïse, Aaron et Hour montèrent au haut de la colline» (Ex. 17, 10).

«Moïse, Aaron et Hour»: «…Tous les trois étaient en plein jeûne» (Commentaire de Rashi sur ce verset).

Le jeûne est donc l’arme du faible. Il constitue un moyen pour l’homme exténué moralement, sans forces, de réduire volontairement ses forces physiques (תַעֲנִית). Alors l’homme concentre toute son attention sur ses forces spirituelles, redécouvre et renforce son lien avec Dieu. Alors, Dieu peut lui répondre (עָנָה):

«אֹודְךָ כִּי עֲנִיתָנִי וַתְּהִי־לִי לִישׁוּעָה׃» (תהילים קי”ח, כ”א).

«Je te célébrerai de ce que tu m’as exaucé et de ce que tu as été mon libérateur» (Ps.118, 21).

 

Haïm Ouizemann

Haimo@eteachergroup.com

 

20 Responses to Le rouleau d’Esther: le jeûne, l’arme du faible?

  1. MBAKOSSI NEDE CLARENCE says:

    Ce que je puis dire en ce debut de la matinée c’est de dire merci Dieu,car tu as instruit des hommes pour te reveler. Que Dieu vous bénisse.Avec l’hebreu le message biblique devient très consistant pour son église. Merci Pasteur Clarence en Republique Centrafrique

    • Haïm says:

      Mbakossi Nede shalom,
      Je tiens a vous remercier pour vos propos chaleureux. Puis-je me permettre de vous poser une question? Ou etes-vous Pasteur en Republique Centrafrique? Je pense sincerement que le Tana’kh est capable de rassembler nos communautes respectives en permettant l’eclosion d’un dialogue fecond.
      Benedictions a vous et aux votres,
      Cordial shalom,
      Haim

      • cathou says:

        Ah, il a fallu que je regarde sur la carte où se trouve exactement la République Centrafrique.
        Comme quoi on apprend toujours! Merci.

  2. cathou says:

    Le mot jeûne est très intéressant.
    déjeuner: 1er repas après le jeûne.
    Jeûne action de ne pas manger, soit pas du tout parce qu’on n’en a pas les moyens, ou parce qu’on est malade. (pauvreté, misère éprouver, souffrir, on retrouve la définition hébraïque)
    soit moins manger que d’ordinaire, volontairement, pour faire un régime, par abstinence volontaire pour se “purger”.(c’est éprouvant de ne pas céder à la tentation, là encore on retrouve la définition hébraïque)
    Les gaulois avaient déjà coutume de jeûner, avant l’arrivée du christianisme par la force des choses: les réserves de l’hiver s’amenuisent et la nourriture de printemps n’est pas encore levée. D’où restrictions obligatoires. Restrictions sexuelles aussi, parce que bien souvent les femmes se trouvaient enceintes et prêtes à accoucher avec l’arrivée du printemps. Donc peu de réjouissances en ces temps.
    ça c’est le coté pratique et matériel du jeûne.

    Le coté spirituel du mot jeûne, en français, donne abstinence de réjouissance, et/ou abstinence de jouissance dans un but de purification intérieure. (là encore on retrouve définition hébraïque)

    Les catholiques sont en plein carême, période de jeûne pour se préparer à Pâques.
    Cela signifie que nous devons manger moins copieusement que d’habitude, et réfléchir à notre relation avec Dieu, au lieu de nous amuser, de nous distraire, pour nous purifier, nous préparer à le recevoir “autrement, “mieux”, le faire “ressusciter” plus fort en nous.
    Ce jeûne doit nous rendre plus fort.

    • Haïm says:

      Cathou shalom,
      Le jeûne depouille l’homme de son orgueil, le pire des maux de notre humanite. Il permet a une maitrise de tous les sens et a une elevation de l’esprit. Il ramene l’homme a sa juste dimension: un etre de chair et de sang.
      Merci a toi,
      Amities,
      Haim O.

      • cathou says:

        Oui Haïm. Je suis toute à fait d’accord avec toi.
        Mais c’est un mot dont il faut se méfier, certains peuvent mettre leur santé en péril. Le jeûne est un rite, une action volontaire, à laquelle il faut se préparer.

        Maintenant il faut préciser qu’un jeûne peut aussi ne pas être une abstention totale. On peut manger en petite quantité. Le but recherché n’étant pas de maigrir, mais oui de devenir humble pour retrouver Dieu.
        (moi si je ne consomme pas quelques feuilles de salade et plus dans la journée, l’humilité c’est dans l’évanouissement que je la trouve, tu parles d’un rapprochement vers Dieu).

        Jésus nous explique aussi quelque chose de très important (qu’on retrouve évidemment tout au long de la Bible, jeûner pour faire comme les autres, ou parce qu’on pense qu’on se fera bien voir de Dieu, est inutile. S’abstenir de manger sans réelle démarche spirituelle n’a aucun sens.

        • cathou says:

          En fait moi je suis partie sur le carême, parce que nous sommes en plein carême (mais aussi laïquement en plein carnaval, qui à l’allure où ça va, durera bientôt aussi longtemps).
          40 jours de réduction de nourriture et de plaisirs pour nous préparer à Pâques.

          Toi c’est un jour de jeûne entier, en mémoire. Et après vous avez pourim.
          C’est un peu différent, j’ai l’impression.

  3. cathou says:

    Maintenant, Haïm, tu cites Marc 9, 29. Matthieu 4, nous dit que Jésus fut amené par l’esprit au désert. Après 40 jours et 40 nuits de jeûne en tous genres, le tentateur s’approche, … (je vous laisse lire la suite)
    Mais il nous dit aussi que la nourriture est importante, dans Matthieu 15, 2-33, après que la foule l’ait écouter durant 3 jours, il se soucie de leur trouver et donner à manger. Nous sommes tout de même de chair.

    Et tout aussi intéressant dans Marc 7, 14; Jésus dit à la foule:
    “”Il n’est hors de l’homme rien qui, entrant en lui, puisse le souiller; mais ce qui sort de l’homme, c’est ce qui le souille… Car cela n’entre pas dans son coeur, mais dans son ventre, puis s’en va dans des lieux secrets, qui purifient tous les aliments…. C’est du coeur des hommes que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, les vols, les cupidités, méchancetés… Toutes ces choses sortent du dedans et souillent l’homme”"
    Ce passage est très important, parce qu’il remet le rite, à sa place de rite. Jeûner physiquement est bien, si on se sert de ce rite pour réfléchir, raisonner, ouvrir son coeur… se purifier pour que ce qui sort de nous soit, à l’image de nos excréments: du terreau fertile.

  4. Lynda Hengy says:

    Bonjour,

    Personnellement, à chaque fois que je suis entrée dans le jeûne c’est parce qu’Il m’y avait préparée physiquement. Si le jeûne est fait dans la chair, il y a “souffrance”, “tourments”, “tentations diverses”. S’il est fait par “‘appel”, honnêtement, l’Esprit qui vit en nous nous porte. C’est pourquoi je crois aisément que Jésus ait pu jeuner 40 jours dans le désert…
    Cordialement,
    Lynda

    • Haïm says:

      Lynda shalom,
      Merci a vous. Le jeûne est un des plus grands moyens de purification interieure. Le Judaisme n’encourage pas la souffrance mais la memoire. Le jeûne a pour dessein d’eveiller cette memoire. Apres le jeûne, nous fetons immediatement la fete de Pourim ou un des principaux preceptes consiste a preparer un repas copieux.
      Toda raba,
      Au plaisir de vous lire,
      Haim O.

  5. cathou says:

    Le carême invite les chrétiens à jeûner durant 40 jours. Il est donc tout à fait possible de jeûner dans le temps, mais il est bien évident que ce n’est pas un jeûne d’abstinence total de nourriture. Il nous est demandé de “faire maigre”, donc une alimentation peu cuisinée, sans graisses, le contraire de copieux.
    Ce carême est séparé en 2, par la mi-carême, (repas, boissons, amusements frivoles) puisqu’il est pris en compte que 40 jours de “pénitences” peuvent être longs pour l’ensemble des chrétiens.

    Je voulais faire remarquer (écrit ci dessus) que le carême chrétien s’ancre dans une réalité historique humaine (période de fin hiver, début printemps propice naturellement)
    Comme toujours la religion rattache la spiritualité à des faits historiques quotidiens.

  6. Dalla SALAM says:

    J’apprécie humblement tous vos apports qui nous aident à mieux comprendre la Divine Parole!
    J’ajoutrais simplement en disant que le livre d’Esaie en son chapitre 58 est encore plus explicite dans la manière de jeûner. Dieu appelle l’homme à se dissocier de tous ses mauvais penchants avant d’engager un jeûne qui puisse Le glorifier. Puis, Il énumère une série de pratique à observer, ensuite suivent les bénédictions qui en découlent… Que c’est magnifique!!!
    Cordialement

    Dalla SALAM depuis Kinshasa en République Démocratique du Congo

    • Haïm says:

      Dalla shalom,
      merci a vous. J’adhere tout a fait a votre analyse et vous invite a intervenir sur notre blog.
      Le jeune n’est pas pour le prophete Isaie l’essentiel: “Mais voici le jeûne que j’aime: c’est de rompre les chaînes de l’injustice, de dénouer les liens de tous les jougs, de renvoyer libres ceux qu’on opprime, de briser enfin toute servitude; 7 puis encore, de partager ton pain avec l’affamé, de recueillir dans ta maison les malheureux sans asile; quand tu vois un homme nu, de le couvrir, de ne jamais te dérober à ceux qui sont comme ta propre chair!”.
      Isaie met l’accent sur la justice et l’amour a l’egard de notre prochain. Rappelons que ce texte d’une tres grande beaute est lu le Jour du Grand Pardon ( Yom Kippour), jour ou le peuple Juif jeune totalement durant 25 heures. Seul celui qui meurt de faim est capable de comprendre la misere de son frere. Le Judaisme est une orthopraxie. Nous reviendrons sur ce sujet.
      Vos remarques et l’interet que vous portez a nos textes enrichissent notre etude biblique et nous aident a nous rapprocher du TanaKh. Toda rabba.
      Cordial shalom d’Israel
      Haim Ouizemann

  7. Lily says:

    Le jeûne est une pratique régulière pour moi et la lecture de cette explication me réconforte dans sa pratique. Les Saintes écritures nous disent d’ailleurs qu’il y a des maladies qui ne peuvent être guéries que par le jeûne et la prière au sujet de l’aveugle né que Jésus a guéri. J’attends les grâces de Dieu et la guérison de mon fils c’est la raison pour laquelle je le fais. Je ne suis pas à mon premier et j’espère.

    • Haïm says:

      Chantielle shalom
      Merci a vous. Le jeune associe a la priere a la force de changer notre quotidien. La transformation interieure est a meme d’ameliorer le monde.

      Soyez forte dans l’epreuve que vous traversez. L’epreuve est dans la Bible destinee a elever l’homme vers les plus spheres spirituelles. Je vous souaihaite beaucoup de bien a vous et a votre fils.
      Benedictions d’Israel
      Haim
      .

  8. Monique ALBRECHT-palpant says:

    Ce n’est pas grave. J’ai du plaisir à lire votre blog. Je regrette seulement de ne pas être capable de comprendre mieux l’hébreu, ma
    mémoire n’étant pas aussi bonne pour retenir
    les paroles (80 ans). J’avais commencer l’étudier il y a quelques année, mais les circonstances ne m’ont pas permis de continuer.
    J’aime Israël (que j’ai visité il y a bien longtemps) parce que c’est aussi le pays de la Bible que je lis depuis mon enfance.
    Shalom. Monique.

    • Haïm says:

      Monique shalom a vous,
      Vous nous faites un grand honneur de nous suivre. N’hesitez pas a poser toutes les questions que vous desirez, je m’efforcerai d’y repondre. Au nom de eteacher et en mon nom personnel, je tiens a vous souhaiter longue vie et beaucoup de bonheur .
      חיים ארוכים והרבה אושר

      Shalom chaleureux d’Israel,
      Haim

  9. cedric liyonga bokau says:

    je réglette bau-cous car je envie d étudié l hébreu mais lorsque vous mes donne rendez vous de mais répondre dans le 24 qui suis il y a n a pas toujours la réponse , s il vous aide moi j aime bau coups apprendre l hébreu je vit en Afrique u république démocratique du Congo a Kinshasa …

  10. cedric liyonga bokau says:

    mon E.mail et cedricliyonga@yahoo.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>