Les Dix jours de Teshouva: Le pouvoir du Retour vers Dieu [2]

Nombre de figures bibliques célèbres tombent et finissent par la force de leur propre  volonté à se relever de leur dégradation spirituelle et de leur dépravation éthique. L’on peut dire que la vision biblique présente les héros bibliques comme des hommes et des femmes qui dans leurs faiblesses humaines semblent plus proches de chacun d’entre nous. Même les plus grands personnages bibliques connaissent l’erreur et ne sont pas exempts de fautes. La source biblique ne nous le cache jamais. Les Sages d’Israël [1] font remarquer que quatre figures bibliques, Benyamin, le fils du Patriarche Yaakov, Amram, le père de Moïse, Yishaï, le père de David et Khilav, le fils de David, ne manquent à aucun moment ni à la Parole de Dieu ni à leur devoir respectif. Malgré leur droiture exemplaire et la perfection de leur être, ils ne sont que très rarement mentionnés dans le TaNa”Kh. La faute et sa reconnaissance possèdent une valeur éducatrice intrinsèque enseignant à l’homme qu’il lui est toujours et à tout instant possible de réparer les erreurs du passé:

Caïn, le premier criminel de l’humanité, non seulement reconnaît la gravité du fratricide mais en regrette les conséquences irréparables:

« וַיֹּאמֶר קַיִן אֶל יְהוָה גָּדוֹל עֲו‍ֹנִי מִנְּשֹׂא»

«Caïn dit à l’Éternel: “Mon crime est trop grand pour qu’on me supporte» (Gen. 4, 13)

L’on pourrait aussi traduire: «pour que je puisse le supporter».  Je ne puis supporter seul mon crime impardonnable, d’où la nécessité d’un signe pour «protéger» Caïn.

Une troisième traduction possible serait: Caïn dit à l’Éternel: «Ma faute est trop grande pour être pardonnée» (Gen. 4, 13)

Les commentateurs Na’hmanide et Cassouto, préférant cette dernière interprétation à la première, se fondent sur le verset Exode 34, 7 où le verbe Nasso (racine נ. ש. א./ N. S. A) signifie «pardonner».

«…נֹשֵׂא עָו‍ֹן וָפֶשַׁע וְחַטָּאָה…»

«…Il pardonne [supporte le poids du crime…]  le crime, la rébellion, la faute…»

Dieu «consent à porter» la faute et à libérer d’une certaine manière la conscience du transgresseur.

 

Le roi David échoue gravement lorsqu’attiré par le charme de Bat-Sheva, il fait assassiner Ouria le Héthéen, son époux  (II Sam. 11, 2-17).

«לְךָ לְבַדְּךָ  חָטָאתִי וְהָרַע בְּעֵינֶיךָ עָשִׂיתִי»

«Contre toi seul j’ai failli, j’ai fait ce qui est mal à tes yeux » (Ps. 51, 6)

 

« חַטָּאתִי אוֹדִיעֲךָ וַעֲו‍ֹנִי לֹא כִסִּיתִי אָמַרְתִּי אוֹדֶה עֲלֵי פְשָׁעַי לַיהוָה וְאַתָּה נָשָׂאתָ עֲו‍ֹן חַטָּאתִי סֶלָה »

«[Maintenant] J’ai  dévié et te fais l’aveu de ma déviation, et je ne dissimule pas mon iniquité. J’ai dit: “Je confesserai mes transgressions au Seigneur”, et toi, tu fais disparaître la gravité de ma faute. Sélah! » (Psaume 32, 5)

« אֲלַמְּדָה פֹשְׁעִים דְּרָכֶיךָ וְחַטָּאִים אֵלֶיךָ יָשׁוּבוּ »

«Je voudrais enseigner tes voies aux pécheurs, afin que les coupables reviennent [racine Sh.Ou. V. ש.ו.ב/] à toi» (Ps. 51, 15)

Le Roi David par son expiation, son aveu et sa volonté de Retour à Dieu sert de modèle  aux générations futures.

Ces trois  derniers versets décrivent les trois  étapes nécessaires au processus de Teshouva:

1- La reconnaissance de la faute,

2-La confession ou l’aveu des fautes (Vidouï),

3- le renoncement total à poursuivre le  mal.

Le principe biblique qui a force de loi est que celui qui reconnaît,  avoue et abandonne sa faute devient digne du pardon divin:

 » מְכַסֶּה פְשָׁעָיו לֹא יַצְלִיחַ  וּמוֹדֶה וְעֹזֵב יְרֻחָם«

«Celui qui dissimule ses péchés ne connaîtra pas la réussite; qui les confesse et y renonce obtient miséricorde» (Prov. 28, 13).

L’homme s’inspirant de l’exemple de David a la faculté de revenir à la Source de pureté, l’Eternel.

La vision du TaNaKh invite l’homme à la transformation intérieure d’où naîtra le Tiqqoun HaOlam. La Teshouva constitue la plus grande des forces réparatrices dépassant les limites de notre univers. Ces Dix Jours d’introspection invitent chacun d’entre nous à user de ses propres facultés spirituelles pour le bien de l’humanité.

 

Kol Nidrei interprété par le cantor  israélien Shay Abramson

 Pour plus d’informations sur nos cours d’Hébreu biblique, CLIQUEZ sur ce lien.

Haïm Ouizemann

Haimo@eteachergroup.com

 

 


[1] Talmud de Babylone, Traité Shabbat 55 b.

3 Responses to Les Dix jours de Teshouva: Le pouvoir du Retour vers Dieu [2]

  1. cathou says:

    Toujours très intéressant.
    Oui la 1ère étape est toujours de reconnaître sa faute. De prendre conscience que ce qui a été fait ou en train de se faire, est mal. Mauvais pour les autres et sur le long terme mauvais pour soi, même s’il y a un profit immédiat.
    Tant que l’on n’a pas pris conscience, ou qu’on refuse de vouloir prendre conscience, de vouloir se voir en profondeur, Dieu reste caché, on ne le comprend pas, on l’ignore.

    Le plus important n’est pas de vivre en état de perfection, cet état ne nous est pas accessible de toutes les façons.
    Le plus important est d’accepter notre imperfection. Pour l’accepter il faut la reconnaître.
    Ensuite pouvoir l’avouer, en parler devient plus facile.
    Quand on a compris quelles sont nos faiblesses, qu’on peut les regarder sans dissimulation, il devient aussi plus facile de les éviter, de les dominer malgré les tentations.
    Ce qui ne fera pas de nous des humains parfaits, parce que nous avons autant de faiblesses que de qualités.

    Le Pardon ne peut venir qu’après ces processus. Il est impossible avant.

    • christophe says:

      Shalom Haim je trouve formidale ce blog ,c’ est exactement ce que je cherchais pour approffondir ma compréhension de la parole de DIEU.
      pourrais tu un jour nous parler de l’Esprit Saint étant moi meme pentecotiste j’aurai aimé savoir qu’elle est la vision juive de ce que nous (chrétien)nous appellons l’Esprit Saint ou Esprit de Dieu ou ESPRIT DIEU
      Merci d’avance Haim ,shalom

      PS:je suis impatient de participer au prochain cour d’hébreux biblique
      Hoareau christophe

      • Haïm says:

        Christophe shalom,
        merci a toi . Ce blog vise a presenter les sources originales du Tanakh, la Bible hebraique. J’ai deja ecrit dans une autre revue sur l’Esprit saint dans le Judaisme. En voici un premier extrait (imparfait j’en conviens mais qui t’aidera a mieux saisir le sens de l’esprit saint selon le Judaisme cf le document word). Je compte reprendre cet article et l’adapter aux Chretiens pour le blog d’Hebreu biblique.
        La Bible hebraique te permettra d’approfondir ta foi chretienne et surtout de mieux comprendre quelle fut la vie de Jesus qui vecut et mourut comme Juif. J’attire ton attention sur les articles consacres a ” Jesus a la lueur de la tradition juive” qui apparaissent sur le blog.
        Si la signification des mots bibliques t’interesse je t’invite a visiter cette page ou sont publies les racines bibliques et l’enseignement religieux et ethique que nous pouvons en tirer:
        http://www.morim.com/biblique.php

        N’hesite surtout pas a me contacter,
        le plaisir est pour moi
        Amities d’Israel
        Haim Ouizemann

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>