L’homme, «arbre du champ»

 

A partir de mercredi soir prochain (15 janvier 2014), le peuple d’Israël fêtera TouBishvat (le 15 du  mois de Shevat), le Nouvel An des arbres. Au delà de la dimension écologique relative à cette fête du renouveau de la Nature, y transparaît la vision éthique d’une civilisation entière.

Lorsque Le TaNa’Kh fait pour la première fois mention de l’acte de planter, c’est de l’Eternel dont il s’agit. L’Eternel s’avère être le premier «Jardinier»!

«וַיִּטַּע יְהוָה אֱלֹהִים גַּן-בְּעֵדֶן מִקֶּדֶם וַיָּשֶׂם שָׁם אֶת הָאָדָם אֲשֶׁר יָצָר»  (בראשית ב’, ח’).

«L’Éternel-Dieu planta un jardin en Éden, vers l’orient, et y plaça l’homme qu’il avait façonné» (Gen. 2, 8).

L’Eternel montre la voie à Israël à qui il ordonne comme  première injonction lors de son  entrée en Erets Israël de planter un arbre fruitier:

«וְכִי-תָבֹאוּ אֶל-הָאָרֶץ וּנְטַעְתֶּם כָּל עֵץ מַאֲכָל» (ויקרא י”ט, כ”ג).

«Quand vous serez entrés dans la Terre promise, alors vous y planterez tout arbre fruitier» (Lév. 19, 23)

Pourquoi l’arbre constitue-t-il  le cœur même d’Erets Israël?

Cette question est celle que  Moïse pose aux explorateurs chargés de lui rendre compte de la situation physique de la terre de Canaan. Nous verrons que cette interrogation n’est pas sans recéler une inquiétude d’ordre éthique:

«וּמָה הָאָרֶץ הַשְּׁמֵנָה הִוא אִם-רָזָה הֲיֵשׁ-בָּהּ עֵץ אִם-אַיִן וְהִתְחַזַּקְתֶּם וּלְקַחְתֶּם מִפְּרִי הָאָרֶץ וְהַיָּמִים יְמֵי בִּכּוּרֵי עֲנָבִים» (במדבר י”ג, כ’).

«…quant au sol, s’il est gras [fécond] ou maigre [stérile], s’il est boisé] s’il s’y trouve un arbre [ou non. Tâchez aussi d'emporter quelques-uns des fruits du pays. C'était alors la saison des premiers raisins» (Nombres 13, 20)

Moïse est intéressé à savoir si les peuples occupant la terre de Canaan s'affairent à planter. Car un peuple qui plante est un peuple de paix. S'il l’arbre est symbole de paix, il symbolise l'humanité d'une civilisation et son niveau moral:

«כִּי-תָצוּר אֶל-עִיר יָמִים רַבִּים לְהִלָּחֵם עָלֶיהָ לְתָפְשָׂהּ לֹא-תַשְׁחִית אֶת-עֵצָהּ לִנְדֹּחַ עָלָיו גַּרְזֶן כִּי מִמֶּנּוּ תֹאכֵל וְאֹתוֹ לֹא תִכְרֹת כִּי הָאָדָם עֵץ הַשָּׂדֶה לָבֹא מִפָּנֶיךָ בַּמָּצוֹר» (דברים כ', י"ט).

«Si tu es arrêté longtemps au siège d'une ville que tu attaques pour t'en rendre maître, tu ne dois cependant pas en détruire les arbres en portant sur eux la hache: ce sont eux qui te nourrissent, tu ne dois pas les abattre car l'homme est l'arbre du champ, tu l'épargneras dans les travaux du siège.» (Deut. 20, 19)

L'homme  juste est comparé à l'arbre et ce sont ses actes qui témoignent de sa grandeur morale:

«פְּרִי-צַדִּיק עֵץ חַיִּים וְלֹקֵחַ נְפָשׁוֹת חָכָם» (משלי י"א, ל').  

«L'œuvre [le fruit] du juste est un arbre de vie; gagner les cœurs est le fait du sage» (Proverbes 11, 30).

Pour preuve le Patriarche Avraham et la prophétesse Déborah:

«יֻקַּח-נָא מְעַט-מַיִם וְרַחֲצוּ רַגְלֵיכֶם וְהִשָּׁעֲנוּ  תַּחַת הָעֵץ. וְאֶקְחָה פַת-לֶחֶם וְסַעֲדוּ לִבְּכֶם…» (בראשית י”ח, ד’-ה’).

«Qu’on aille quérir un peu d’eau; lavez vos pieds et reposez-vous sous l’arbre. Je vais apporter une tranche de pain, vous réparerez vos forces…» (Gen. 18, 4-5)

L’arbre d’Avraham, symbole d’hospitalité, est  le lieu par excellence de la rencontre et du dialogue.

«וְהִיא יוֹשֶׁבֶת תַּחַת-תֹּמֶר דְּבוֹרָה בֵּין הָרָמָה וּבֵין בֵּית-אֵל בְּהַר אֶפְרָיִם וַיַּעֲלוּ אֵלֶיהָ בְּנֵי יִשְׂרָאֵל לַמִּשְׁפָּט» (שופטים ד’, ה’).

«Elle [la Prophétesse Dévorah] siégeait au pied du «Palmier de Débora», entre Rama et Béthel, dans la montagne d’Ephraïm; et c’est à elle que les Israélites s’adressaient pour obtenir justice» (Juges 4, 5)

La droiture du palmier sous lequel Devorah rendait la justice symbolise l’exigence d’équité que s’imposait la prophétesse.

Planter un arbre constitue donc le témoignage vivant de vouloir faire régner à la fois  l’amour et la justice en ce monde. C’est la raison pour laquelle les pionniers d’Israël, lors de leur retour en Erets, pays négligé et exploité par tous, n’auront pour arme que la pelle et le râteau. A eux seuls, mûs par une farouche volonté de faire refleurir le désert et un amour indicible de la terre d’Israël, ils accomplissent l’antique prophétie d’Ezéchiel:

«וְאָמְרוּ הָאָרֶץ הַלֵּזוּ הַנְּשַׁמָּה הָיְתָה כְּגַן-עֵדֶן וְהֶעָרִים הֶחֳרֵבוֹת וְהַנְשַׁמּוֹת וְהַנֶּהֱרָסוֹת בְּצוּרוֹת יָשָׁבוּ.  וְיָדְעוּ הַגּוֹיִם אֲשֶׁר יִשָּׁאֲרוּ סְבִיבוֹתֵיכֶם כִּי אֲנִי יְהוָה בָּנִיתִי הַנֶּהֱרָסוֹת נָטַעְתִּי הַנְּשַׁמָּה: אֲנִי יְהוָה דִּבַּרְתִּי וְעָשִׂיתִי»   (יחזקאל ל”ו, ל”ה-ל”ו).

«Et l’on dira: Voyez-vous, cette terre dévastée est devenue comme le jardin d’Eden, et ces villes ruinées, dépeuplées] désertées] , écroulées, les voilà fortifiées et habitées! Elles sauront alors, les nations, qui sont restées autour de vous, que c’est moi, l’Eternel, qui ai rebâti les décombres, replanté le sol dévasté, moi, l’Eternel, qui l’avais annoncé et qui l’aurai accompli.» (Ez. 36, 35-36)

La réalisation du rêve de David ben Gourion, le refleurissement du désert.

Cordial shalom d’Israël,

Pour plus d’informations sur nos cours d’Hébreu biblique, CLIQUEZ sur ce lien.

Haïm Ouizemann

Haimo@eteachergroup.com

6 Responses to L’homme, «arbre du champ»

  1. AGNIGBA says:

    A l’occasion de la fête de l’Arbre qu’Erets Israël va observer ce 15 janvier, nous demandons à JHWEH,le Maître des Cieux et de la Terre de jeter Son regard favorable sur la terre et le peuple Juif. Que l’Eternel replante toute Nation et fasse d’elle le Jardin d’Eden où toutes les autres nations de la terre viendrons se resourcer en attendant le Retour du Messie.
    Par la même occasion, nous adressons à toute la Nation Juive, au nom de tous les croyants du Togo, nos condoléances les plus attristées suite à la perte du vaillant combat ARIEL SHARON, rappelé à Dieu.
    “Israël,sèche tes larmes,car tes enfants te reviennent”.

  2. cathou says:

    L’arbre: symbole de l’homme, symbole de paix, symbole de la nourriture pour l’humain, symbole de tant de choses.
    Oui, mais alors Caïn est cultivateur, Abel est éleveur. C’est Caïn qui est jaloux de son frère, jaloux au point de le tuer. C’est dans les champs qu’il tue son frère.
    Peut être que Caïn n’a pas planté d’arbres dans ses champs???

    Bonne fête à tous!!! Que la sève montante entretienne la vigueur de ce site.

    • Haïm says:

      Cathou shalom,
      L’arbre est symbole de vie et d’esperance. Je t’invite a lire mon dernier article “La ballade de Yoël Moshe Salomon, «la Porte de l’Espérance».Il s’agit d’un tres beau poeme que je viens de traduire. Il temoigne de l’espoir que portait les premiers pionniers d’Israel qui, des qu’ils mirent le pieds en Erets Israel, planterent des arbres afin de faire refleurir le desert et prouver que rien ne peut vaincre la volonte d’idealistes. Rappelons que l’Allemagne nazie rasera toute presence d’arbres au ghetto de Varsovie dans le but d’effacer toute trace d’espoir de survie chez les Juifs qui y furent parques comme des animaux.
      http://blog-fr.eteacherbiblical.com/index.php/la-ballade-de-yoel-moshe-salomon-la-porte-de-lesperance/
      Bonne lecture!
      Amities,
      Haim

  3. Angelita says:

    Thanks for anyy other informative blog. The place else may just
    I am getting that kind of information written in such a perfect manner?I have a mission that I’m simply
    now running on, and I’ve been on the lokok ouut for
    such information.

    Alsoo visitt my webb site … web site [Ella]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>