L’indépendance d’Israël, le relèvement d’un peuple

Israël commémore le 66e anniversaire de son indépendance. Aujourd’hui traduit en hébreu par le terme עַצְמָאוּת/Atsmaout («indépendance»), adopté par les premiers fondateurs de l’état hébreu, la Bible emploie le vocable קוֹמְמִיוּת/qomemiout («relèvement»). Ce dernier mot, faute d’une meilleure traduction, est généralement traduit par «indépendance» en ce qui concerne Israël.

 

 

Tsvi Berenson, conseiller juridique du syndicat de la Histadrout (futur Juge de la Cour Suprême d’Israël) dut, quelques jours à peine avant la création de l’Etat d’Israël,  préparer sur la demande expresse du futur ministre de la Justice Pin’has Rozen un projet de rédaction de la Déclaration d’Indépendance. Reconnaissant ne disposer alors d’aucun  modèle de Déclaration d’Indépendance de laquelle il lui aurait été possible de s’inspirer, Tsvi Berenson va, dès les premières lignes d’introduction,  puiser directement à la source du TaNaKh.

Comparons le texte de la Déclaration d’Indépendance à la source scripturaire biblique:

« בְּאֶרֶץ-יִשְׂרָאֵל קָם הָעָם הַיְּהוּדִי, בָּהּ עֻצְּבָה דְּמוּתוֹ הָרוּחָנִית, הַדָּתִית וְהַמְּדִינִית, בָּהּ חַי חַיֵּי קוֹמְמִיוּת מַמְלָכְתִית, בָּהּ יָצַר נִכְסֵי תַּרְבּוּת לְאוּמִיִים וּכְלַל-אֱנוֹשִׁיִים וְהוֹרִישׁ לְעוֹלָם כֻּלּוֹ אֶת סֵפֶר הַסְּפָרִים הַנִּצְחִי»

 

«Erets Israël est le lieu où naquit le peuple juif. C’est là que se forma son caractère spirituel, religieux et national. C’est là qu’il réalisa son indépendance, créa une culture d’une portée à la fois nationale et universelle et fit don du Livre des livres au monde entier…»

 

Le terme קוֹמְמִיוּת signifiant indépendance n’apparaît qu’une seule fois dans le TaNaKh (Bible):

«אֲנִי יְהוָה אֱלֹהֵיכֶם אֲשֶׁר הוֹצֵאתִי אֶתְכֶם מֵאֶרֶץ מִצְרַיִם מִהְיֹת לָהֶם עֲבָדִים וָאֶשְׁבֹּר מֹטֹת עֻלְּכֶם וָאוֹלֵךְ אֶתְכֶם קוֹמְמִיּוּת» (ויקרא כ”ו, י”ג).

«Je suis l’Éternel votre Dieu, qui vous ai tirés du pays d’Egypte pour que vous n’y fussiez plus esclaves; et j’ai brisé les barres de votre joug, et je vous ai fait marcher la tête haute» (Lev. 26, 13).

La racine .ק.ו.ם à partir de laquelle est composé le terme קוֹמְמִיוּת comporte  maintes significations.  Ces dernières  conduiront  très probablement Tsvi Berenson à adopter le terme קוֹמְמִיוּת comme définitif. La racine .ק.ו.ם  signifie à la fois «se lever, marcher» [Lev. 19, 32], «s’éveiller dans le but d’agir» [II Sam. 3, 21], «se tenir debout, se présenter, s’élever»  [Deut. 13, 2], «exister» au sens de «naître, se produire, subsister» [I Sam. 13, 14], «se battre, se rebeller» [Deut. 28, 7]. Les diverses interprétations de cette racine .ק.ו.ם ont pour dénominateurs communs de mettre en exergue l’action de l’homme, le mouvement express, le renouvellement et la volonté farouche de ne point sombrer dans le désespoir.

»קוּם הִתְהַלֵּךְ בָּאָרֶץ לְאָרְכָּהּ וּלְרָחְבָּהּ כִּי לְךָ אֶתְּנֶנָּה«   (בראשית י”ג, י”ז).

«Lève-toi! (précipitamment, avec vivacité sans plus attendre) parcours cette contrée en long et en large! Car c’est à toi que je la destine) «Gen.13, 17)

La promesse du don de  la terre d’Israël et de l’Indépendance promise ne se réalise que lorsque le peuple d’Israël se voit disposé à accepter, par la divine force spirituelle qui lui est conférée, de construire par ses propres forces Médinat Israël, l’Etat d’Israël.  Point d’Indépendance sans responsabilité vis-à-vis de l’autre et de soi-même.

Cordial shalom d’Israël,

Pour plus d’informations sur nos cours d’Hébreu biblique, CLIQUEZ sur ce lien.

Haïm Ouizemann

Haimo@eteachergroup.com

 

 

3 Responses to L’indépendance d’Israël, le relèvement d’un peuple

  1. shmuel says:

    le terme moderne pour independanxe et egalement joli.etsem עצם racine qui compose les mots:”otzma”(puissance),etsem(os,c’est a dire l’iddee de soutainement innebranlable)..

  2. cathou says:

    Très intéressant comme toujours.
    C’est amusant parce que le mot français: indépendance, d’après le “Grand Robert langage et culture” serait un mot n’apparaissant qu’en 1584 dans notre langue.

    Alors en cherchant bien, avant indépendant on disait: franc (libre), affranchir: délivrer de ce qui gêne. Mais ce mot n’apparaîtrait dans notre langue qu’en 1050.

    Pas encore trouvé quel était le mot utilisé avant 1050.

    • cathou says:

      en approfondissant encore un peu le mot franc (libre) apparaîtrait au vième siècle environ.
      Affranchir est plus tardif.

      Le mot libre ayant déjà été défini dans un autre article, au fond oui: “Marche la tête haute” pourrait être le sens réel du mot Indépendance. Il y a, à la fois l’idée de puissance, de soutènement inébranlable dont parle Schmuel et de relèvement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>