Parashat Toldot , la dernière bénédiction d’Isaac

Isaac bénit Jacob , Luca Giordano

Le principal thème de cette parasha réside dans le lien conflictuel entre les deux frères, Esaü et Jacob.  Dès le sein de leur mère Rebecca, la lutte viscérale entre ces deux frères ne cessera de croître  pour finalement se transformer en haine (Gen. 27: 41), tout particulièrement lorsqu’Isaac prodiguera ses bénédictions éternelles à Jacob (Gen. 27: 27-29; 33). L’une des interrogations à laquelle nous nous devons de répondre est: Jacob a-t-il vraiment usurpé les bénédictions que leur père commun Isaac destinait originellement à Esaü? Telle est l’affirmation d’Esaü interprétant le nom de son frère Jacob-Yaakov dans un sens négatif:

«וַיֹּאמֶר הֲכִי קָרָא שְׁמוֹ יַעֲקֹב וַיַּעְקְבֵנִי זֶה פַעֲמַיִם אֶת-בְּכֹרָתִי לָקָח וְהִנֵּה עַתָּה לָקַח בִּרְכָתִי…» (בראשית כז, לו).[1]

«Ésaü dit alors: « Est ce parce qu’on l’a nommé Jacob qu’il m’a supplanté deux fois déjà? II m’a enlevé mon droit d’aînesse et voici que maintenant il m’enlève ma bénédiction!…» (Gen. 27: 36)

Pourtant en méditant sur la fin de la Parasha, la dernière bénédiction du Patriarche Isaac est à même de répondre à notre interrogation relative à la légitimité des bénédictions de Jacob:

«וְאֵל שַׁדַּי יְבָרֵךְ אֹתְךָ וְיַפְרְךָ וְיַרְבֶּךָ וְהָיִיתָ לִקְהַל עַמִּים וְיִתֶּן-לְךָ אֶת-בִּרְכַּת אַבְרָהָם לְךָ וּלְזַרְעֲךָ אִתָּךְ לְרִשְׁתְּךָ אֶת-אֶרֶץ מְגֻרֶיךָ אֲשֶׁר-נָתַן אֱלֹהִים לְאַבְרָהָם» (בראשית כ”ח, ד-ה).

«Le Dieu tout puissant te bénira, te fera croître et multiplier et tu deviendras une congrégation de peuples. Et il t’attribuera la bénédiction d’Abraham, à toi et à ta postérité avec toi, en te faisant possesseur de la terre de tes pérégrinations, que Dieu a donnée à Abraham.» (Gen. 28: 4-5)

Cette dernière bénédiction patriarcale s’inspire très clairement de celle du Patriarche Abraham:

«וְנָתַתִּי לְךָ וּלְזַרְעֲךָ אַחֲרֶיךָ אֵת אֶרֶץ מְגֻרֶיךָ אֵת כָּל-אֶרֶץ כְּנַעַן, לַאֲחֻזַּת עוֹלָם וְהָיִיתִי לָהֶם לֵאלֹהִים.וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים אֶל-אַבְרָהָם וְאַתָּה אֶת-בְּרִיתִי תִשְׁמֹר אַתָּה וְזַרְעֲךָ אַחֲרֶיךָ לְדֹרֹתָם» (ראשית יז, ח-ט).

«Et je donnerai à toi et à ta postérité la terre de tes pérégrinations, toute la terre de Canaan, comme possession indéfinie; et je serai pour eux un Dieu tutélaire. 9 Dieu dit à Abraham: « Pour toi, sois fidèle à mon alliance, toi et ta postérité après toi dans tous les âges.» (Gen. 17: 8-9)

Comment expliquer le sens de cette dernière bénédiction, promesse du don de la terre de Canaan à Jacob?

La condition de ce don éternel et irréversible dépend du signe de la Brit-Mila(Circoncision), témoignage  fidèle  de l’Alliance liant Abraham à l’Eternel. En effet, dés lors qu’Abraham pratique la Brit-Mila sur sa propre personne (Gen. 17: 10-13),  la promesse d’hériter de  la terre de Canaan se trouve réalisée.

Esaü, en épousant des femmes étrangères vouées au culte païen, s’éloigne de l’Alliance conclue avec son père Isaac. S’efforçant de recevoir la bénédiction d’Isaac, il épouse Ma’halat fille d’Ishmaël fils d’Abraham mais n’est à aucun moment disposé à renoncer au lien conjugal le liant aux femmes étrangères.

Pouvons-nous donc affirmer, comme Esaü tente de le faire, que Jacob lui vola la bénédiction? La réponse se trouve dans la dernière bénédiction d’Isaac, expression de la fidélité de Jacob à la mission de son grand-père Abraham.

[1] Parashat Toldot: Genèse 25: 19-28: 9

 

Shabbat Shalom  d’Israël,

Pour plus d’informations sur nos cours d’Hébreu biblique, CLIQUEZ sur ce lien.

Haïm Ouizemann

Haimo@eteachergroup.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>