Pourim, l’épreuve de l’unité d’Israël

 Ce jeudi 5 mars, l’ensemble d’Israël commémorera la fête de Pourim retraçant l’histoire d’Haman qui, marchant sur les traces de ses ancêtres Amalek  (Ex. 17: 8) et Agag (I Sam. 15) tente d’éradiquer totalement le nom d’Israël. Prônant la «solution finale»  pour le peuple d’Israël, Haman s’adresse au roi Assuérus et lui tient ces propos:

«וַיֹּאמֶר הָמָן לַמֶּלֶךְ אֲחַשְׁוֵרוֹשׁ יֶשְׁנוֹ עַם-אֶחָד מְפֻזָּר וּמְפֹרָד בֵּין הָעַמִּים בְּכֹל מְדִינוֹת מַלְכוּתֶךָ; וְדָתֵיהֶם שֹׁנוֹת מִכָּל-עָם וְאֶת-דָּתֵי הַמֶּלֶךְ אֵינָם עֹשִׂים וְלַמֶּלֶךְ אֵין-שֹׁוֶה לְהַנִּיחָם» (אסתר ג’, ח’)

«Puis Haman dit au roi Assuérus: “Il est un peuple éparpillé, divisé parmi les peuples dans toutes les provinces de ton royaume; ces gens ont des lois qui diffèrent de celles de toute autre nation; quant aux lois du roi, ils ne les observent point: il n’est donc pas de l’intérêt du roi de les conserver» (Esther 3: 8).

Le terme «עַם-אֶחָד» employé par Haman, traduit généralement par «un peuple», peut être compris dans le sens de «peuple Un». Israël constitue dans l’Histoire de l’Humanité «un peuple uni», «un peuple  particulier». Cette singularité d’Israël se fonde sur sa foi inébranlable en Un seul et unique Dieu (Deutéronome 6: 4). Haman, s’adressant au roi Assuérus, requiert de ce dernier l’application de son arrêt de destruction totale d’Israël, de Shoah sur la base de cette  particularité cultuelle et spirituelle de ce dernier.

Ainsi, le secret de la pérennité d’Israël réside essentiellement dans son unicité et unité cultuelle. Le don des Tables de l’Alliance au Mont Sinaï est rendu possible en raison de la profonde unité unissant tous les membres du peuple d’Israël. La source biblique, relatant la présence du peuple hébreu plantant ses tentes au pied du mont Sinaï, après avoir mentionné une série de verbes conjugués au pluriel, cite le verbe  «camper» au singulier mettant ainsi l’accent sur l’unité liant les fils d’Israël:

«וַיִּחַן-שָׁם יִשְׂרָאֵל נֶגֶד הָהָר»

 «Israël y [désert du Sinaï] campa en face de la montagne.» (Exode 19: 2)

Rashi, le célèbre commentateur du Moyen- âge, interprète ainsi ce verset: «Comme un seul homme, d’un seul cœur».

Amalek, principal ennemi d’Israël et ancêtre d’Haman, fait brutalement irruption sur l’arrière des Hébreux dans leurs pérégrinations sur la Terre Promise. Or, «Amalek» a en hébreu la même valeur numérique que le mot «doute». Amalek n’a pu surgir ainsi de nulle part que par l’affaiblissement de la foi des Hébreux en l’Eternel, malgré tous les miracles dont ils ont été l’objet:

«וַיִּקְרָא שֵׁם הַמָּקוֹם מַסָּה וּמְרִיבָה: עַל-רִיב בְּנֵי יִשְׂרָאֵל וְעַל נַסֹּתָם אֶת-יְהוָה לֵאמֹר הֲיֵשׁ יְהוָה בְּקִרְבֵּנוּ אִם-אָיִן. ח וַיָּבֹא, עֲמָלֵק וַיִּלָּחֶם עִם-יִשְׂרָאֵל בִּרְפִידִם» (שמות י”ז, ז’-ח’).

«On appela ce lieu Massa et Meriba, à cause de la querelle des enfants d’Israël et parce qu’ils avaient tenté l’Éternel en disant: “Nous verrons si l’Éternel est avec nous ou non?!” 8 Amalec survint et attaqua Israël à Refidim.» (Exode 17: 7-8)

Le nom propre du lieu «Refidim», ayant pour racine R. Ph. D. ((ר.פ.ד signifiant «faible», est à rapprocher de la racine hébraïque «diviser» (/ פ. ר.ד.  P. R. D) employée par Haman comme chef d’accusation contre les Juifs du royaume d’Assuérus:

«עַם-אֶחָד מְפֻזָּר וּמְפֹרָד» (אסתר ג’, ח’)

«…un peuple éparpillé, divisé» (Esther 3, 8)

  Ainsi, alors qu’Haman cherche à accentuer la dispersion des Juifs et leur manque de cohésion, selon le principe bien connu qu’il faut «diviser pour mieux régner», Esther cherche, au contraire, à s’appuyer sur l’unité du peuple juif. Aussi demande-t-elle à Mordekhaï de rassembler tous les Juifs de Suse pour que sa propre mission de faire changer d’avis le roi Assuérus réussisse, s’appuyant sur le jeûne et la prière de tous réunis en un même cœur. .

«לֵךְ כְּנוֹס אֶת-כָּל-הַיְּהוּדִים הַנִּמְצְאִים בְּשׁוּשָׁן וְצוּמוּ עָלַי וְאַל-תֹּאכְלוּ וְאַל-תִּשְׁתּוּ שְׁלֹשֶׁת יָמִים לַיְלָה וָיוֹם גַּם-אֲנִי וְנַעֲרֹתַי אָצוּם כֵּן וּבְכֵן אָבוֹא אֶל-הַמֶּלֶךְ…» (אסתר ד’, ט”ז)

«Va rassembler tous les juifs présents à Suse, et jeûnez à mon intention; ne mangez ni ne buvez pendant trois jours ni jour ni nuit moi aussi avec mes suivantes, je jeûnerai de la même façon. Et puis je me présenterai au roi…» (Esther 4: 16).

Certains dirigeants spirituels influents dans la communauté chrétienne se fondent sur l’exemple offert par Esther d’unir l’ensemble d’Israël pour renforcer les chrétiens et les juifs menacés de mort.

Ainsi le pasteur Luc Henrist invite-t-il tous les chrétiens à s’associer sur une base volontariste au jeûne d’Esther ce mardi 3 mars. Ce geste noble que nous nous devons de saluer est, plus que tout autre commentaire, à même de rapprocher nos deux communautés respectives face aux forces obscures qu’incarne Amalek.

« Les juifs et les chrétiens sont menacés d’extermination dans plusieurs pays https://www.portesouvertes.fr/persecution-des-chretiens/ et nous ne pouvons pas rester indifférents à leur sort et à leurs souffrances. Je vous invite donc à jeûner le mercredi 4 mars (en sautant au moins un repas ce jour-là et en consacrant ce temps à la prière d’intercession).

Croyons que, comme du temps d’Esther, Dieu entendra nos prières et qu’Il interviendra. Nous n’organisons pas de rassemblement. Chacun prendra position là où il/elle se trouve devant Dieu.

Comme Esther, présentons-nous individuellement devant le «Roi», le «Roi des rois» et intercédons».

Cordial shalom d’Israël,

Pour plus d’informations sur nos cours d’Hébreu biblique, CLIQUEZ sur ce lien.

Haïm Ouizemann

Haimo@eteachergroup.com

One Response to Pourim, l’épreuve de l’unité d’Israël

  1. Marcel-Tchada-Dhetho says:

    Je commence à suivre enseignement du Torha je suis heureux de connaître la religion de mes ancêtres

Leave a Reply to Marcel-Tchada-Dhetho Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>