Sainteté, «Imitatio Dei» [2]

Lors de notre dernière étude («La Sainteté: Six dimensions [1]»), nous nous sommes efforcés de cerner la notion de Sainteté à travers la mission particulière d’Israël (Dieu,  Shabbat, le peuple, ses prophètes et ses prêtres). Notre seconde partie portera sur la Voie de Sainteté ouverte à toutes et à tous, l’«Imitatio Dei».

Existe-t-il une voie royale permettant d’accéder à la Quedousha (Sainteté)?

«דַּבֵּר אֶל כָּל-עֲדַת בְּנֵי-יִשְׂרָאֵל וְאָמַרְתָּ אֲלֵהֶם קְדֹשִׁים תִּהְיוּ כִּי קָדוֹשׁ אֲנִי יְהוָה אֱלֹהֵיכֶם» (ןיקרא י”ט, ב’).  

«Parle à toute la communauté des enfants d’Israël et dis-leur: Soyez saints! Car je suis saint, moi l’Éternel, votre Dieu» (Lev. 19, 2)

Le verbe être, à la forme de l’inaccompli (futur biblique), indique non pas un état d’être mais une aspiration, une quête spirituelle, un devenir, une marche.

«וְעַתָּה יִשְׂרָאֵל מָה יְהוָה אֱלֹהֶיךָ שֹׁאֵל מֵעִמָּךְ: כִּי אִם-לְיִרְאָה אֶת-יְהוָה אֱלֹהֶיךָ לָלֶכֶת בְּכָל-דְּרָכָיו וּלְאַהֲבָה אֹתו  וְלַעֲבֹד אֶת-יְהוָה אֱלֹהֶיךָ בְּכָל-לְבָבְךָ וּבְכָל-נַפְשֶׁךָ« (דברים י’, י”ב).

«Et maintenant, ô Israël! Ce que l’Éternel, ton Dieu, te demande uniquement, c’est de révérer l’Éternel, ton Dieu, de marcher  en toutes ses voies, de l’aimer, de le servir de tout ton cœur et de toute ton âme» (Deut. 10, 12)

«כִּי אִם-שָׁמֹר תִּשְׁמְרוּן אֶת-כָּל-הַמִּצְוָה הַזֹּאת  אֲשֶׁר אָנֹכִי מְצַוֶּה אֶתְכֶם לַעֲשֹׂתָהּ לְאַהֲבָה אֶת-יְהוָה אֱלֹהֵיכֶם  לָלֶכֶת בְּכָל-דְּרָכָיו וּלְדָבְקָה-בוֹ «(דברים י”א, כ”ב; כ”ו, י”ז).

«Oui, si vous observez bien toute cette loi que je vous prescris d’accomplir, aimant l’Éternel, votre Dieu, marchant toujours dans ses voies et lui demeurant fidèles» (Deut. 11, 22; 26, 17)

 

Comment l’homme peut-il marcher sur les voies de Dieu, jouir  de sa Présence et garder la vie sauve? N’est-il pas dit:

«כִּי יְהוָה אֱלֹהֶיךָ אֵשׁ אֹכְלָה הוּא» (דברים ד’, כ”ד).

«Car l’Éternel, ton Dieu, est un feu dévorant» (Deut. 4, 24)

La proximité avec le Divin est vécue comme une expérience quotidienne où l’homme, en marchant sur les pas de Dieu, imite  ses attributs de compassion. Il n’est jamais fait mention de fusion avec le Divin comme chez certains grands mystiques chrétiens (Sainte Thérèse d’Avila, Saint Jean de la Croix…). L’Essence ou l’«Ame» divine demeure totalement étrangère à l’esprit humain.

Les Sages d’Israël traduisent dans le Traité Sota 14, a, cette voie de Sainteté, d’«Imitatio Dei» en rappelant que l’image de Dieu en l’homme est celle-là même de Ses attributs d’Altruisme. L’homme a donc la faculté et le devoir d’imiter son Créateur:

«A la manière de l’Eternel recouvrant les hommes nus, il t’incombe d’habiller les hommes nus:

«וַיַּעַשׂ יְהוָה אֱלֹהִים לְאָדָם וּלְאִשְׁתּוֹ  כָּתְנוֹת עוֹר וַיַּלְבִּשֵׁם» (בראשית ג’, כ”א).

«L’Éternel-Dieu fit pour l’homme et pour sa femme des tuniques de peau, et les en vêtit» (Gen. 3, 21)

A la manière de l’Eternel visitant les malades, il t’incombe d’en faire autant:

«וַיֵּרָא אֵלָיו יְהוָה בְּאֵלֹנֵי מַמְרֵא» (בראשית י”ח, א’).

 «L’Éternel se révéla à lui [Avraham, après la Brit-Milah] dans les plaines de Mamré» (Gen. 18, 1)

A la manière de l’Eternel consolant les endeuillés, il t’incombe d’en faire autant:

«וַיְהִי אַחֲרֵי מוֹת אַבְרָהָם, וַיְבָרֶךְ אֱלֹהִים, אֶת-יִצְחָק בְּנוֹ» (בראשית כ”ה, י”א).

«Après la mort d’Abraham, l’Eternel bénit Isaac, son fils.» (Gen. 25, 11)

A la manière de l’Eternel inhumant les morts, il t’incombe d’en faire autant

«וַיִּקְבֹּר אֹתוֹ בַגַּי בְּאֶרֶץ מוֹאָב» (דברים, ל”ד, ו’).

«Il [Dieu] l’inhuma [Moïse]  dans la vallée du pays de Moab» (Deut, 34, 6)

Cette notion de perfection et de compassion inspirée du TaNa’Kh apparaît également dans les Evangiles:

«Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.» (Matthieu 5, 48)

« Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli; J’étais nu, et vous m’avez vêtu; j’étais malade, et vous m’avez visité; j’étais en prison, et vous êtes venus vers moi. Les justes lui répondront: Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, et t’avons-nous donné à manger; ou avoir soif, et t’avons-nous donné à boire? Quand t’avons-nous vu étranger, et t’avons-nous recueilli; ou nu, et t’avons-nous vêtu? Quand t’avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi? Et le roi leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites.» (Matthieu 25, 35-40)

 

«Soyez donc miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux» (Luc 6, 36)

 

La Sainteté se caractérise par la notion de marche, de progression vers soi-même. L’intention de cette Quedousha consiste à parfaire la brisure morale de notre monde. Tous les hommes, sur l’exemple du Patriarche Abraham, doivent opérer un retour  vers leur  être intérieur afin de rendre possible la marche vers autrui:

«לֶךְ-לְךָ מֵאַרְצְךָ וּמִמּוֹלַדְתְּךָ וּמִבֵּית אָבִיךָ אֶל-הָאָרֶץ אֲשֶׁר אַרְאֶךָּ» (בראשית י”ב, א’).

«L’Éternel avait dit à Abram: “Éloigne-toi [Marche vers toi- pour toi]de ton pays, de ton lieu natal et de la maison paternelle, et va au pays que je t’indiquerai. « (Gen. 12, 1)

Cette Sainteté, selon la vision biblique, ne peut s’acquérir et pleinement se réaliser  que dans le cadre d’un groupe d’hommes et de femmes tous disposés à créer un monde meilleur.

«דַּבֵּר אֶל כָּל-עֲדַת בְּנֵי-יִשְׂרָאֵל וְאָמַרְתָּ אֲלֵהֶם קְדֹשִׁים תִּהְיוּ כִּי קָדוֹשׁ אֲנִי יְהוָה אֱלֹהֵיכֶם» (ויקרא י”ט, ב’).

«Parle à toute la communauté des enfants d’Israël et dis-leur: Soyez saints! Car je suis saint, moi l’Éternel, votre Dieu» (Lev. 19, 2)

La Source biblique convie le genre humain, dans un monde où règnent la guerre et le sang, à sanctifier ses actes et par là-même à sanctifier l’Univers.

Sylvia Marouani- Parachat “Kedouchim”

 

Cordial shalom d’Israël,

Pour plus d’informations sur nos cours d’Hébreu biblique, CLIQUEZ sur ce lien.

Haïm Ouizemann

Haimo@eteachergroup.com

 

 

4 Responses to Sainteté, «Imitatio Dei» [2]

  1. cathou says:

    L’Eglise catholique avance dans ce sens du mot SAINT.
    Lorsque j’étais enfant on apprenait, en effet qu’un saint fusionnait avec le divin. D’où cette idée persistante qu’un saint est un humain parfait.
    Actuellement on sépare bien la sainteté de Dieu dans le sens de perfection, de pureté absolue. Par contre l’état de sainteté est accessible à tous. Il correspond à un travail important sur soi qui permet de se mettre au service du divin et des hommes.

    Ces 2 articles sont très importants, parce que justement avec l’évolution de l’Eglise on se rapproche grandement du sens réel d’un mot qu’on utilise encore beaucoup dans une idée d’humain parfait. Ce qui est faux, même pour un chrétien.

  2. LAVIGNE ROSENZWEIG says:

    je voudrai juste ajouter une précision, si vous permettez, Thérèse d’Avila est née de conversos.Une étude a montré que imprégnée de monothéisme judaïque, elle jouait la religieuse, pour sauver sa famille, et l’ardeur de sa prière ne venait que de sa néchama, qu’elle était obligée de garder secrète….et qui dès lors qu’elle priait “explosait” dans la foi de ses ancêtres on la trouvait “en feu”, son inconscient débordait et la mettait dans un état second…St Jean de Dieu, a passé par un stade de folie et a été enlevé à ses parents. Dans son histoire, on parle de “conversion”, son maître à penser était un d’Avila, curieusement….n’était il pas de conversos???? Au XVème siècle, l’inquisition était au Portugal….Je ne pense pas qu’on puisse s’épanouir dans un culte imposé, une conscience surveillée par une police sanguinaire….Alors, on s’échappe par l’imaginaire ou une foi transcendée par le fait qu’elle doit être étouffée en public… retour du refoulé dont parle FREUD….Quand à la Sainteté, je la cherche , tombe et me relève, tant de fois dans ma vie que je ne penses pas la trouver. Mon seul droit, c’est d’y aspirer…

  3. Michèle says:

    Le texte de l’Exode 20, 2–17, 10 commandements selon la traduction de Louis Segond, :

    20.2 Je suis l’Éternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude.
    20.3 Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face.
    20.4 Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre.
    20.5Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point; car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent,
    20.6 et qui fais miséricorde jusqu’en mille générations à ceux qui m’aiment et qui gardent mes commandements.
    20.7 Tu ne prendras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain; car l’Éternel ne laissera point impuni celui qui prendra son nom en vain.
    20.8 Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier.
    20.9 Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage.
    20.10 Mais le septième jour est le jour du repos de l’Éternel, ton Dieu: tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes.
    20.11 Car en six jours l’Éternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s’est reposé le septième jour: c’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié.
    20.12 Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne.
    20.13 Tu ne tueras point.
    20.14 Tu ne commettras point d’adultère.
    20.15 Tu ne déroberas point.
    20.16 Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain.
    20.17 Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son boeuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain.

    la structure de base, la colonne vertébrale de la loi divine ajouté avec la parole du christ ” Tu aimeras ton prochain comme toi-même” et l’on a la voie royale pour grandir en Sainteté. Ajoutons le pardon, la porte étroite de l’amour inconditionnel, la porte du paradis. Sans pardon comment parler d’aimer son prochain comme soi-même. c’est aussi la clé de la fin des guerres dans le monde.

  4. cathou says:

    Je viens d’écouter la vidéo jointe, enfin.
    C’est intéressant parce que si dans l’Eglise catholique chacun des humains peut accéder à la sainteté, de façon individuelle; jamais je n’ai entendu dire que tout le peuple catholique peut être saint, tous ensemble.
    Voilà une différence entre juifs et catholiques très intéressante.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>