«Si je t’oublie jamais, Jérusalem…»

אִם אֶשְׁכָּחֵךְ יְרוּשָׁלָ‍ִם תִּשְׁכַּח יְמִינִי» (תהלים קל”ז, ה’). »

«Si je t’oublie, Jérusalem, que ma [main] droite s’oublie [disparaisse]» (Psaume 137, 5)

Cette affirmation constitue de fait un serment, celui de ne jamais oublier Jérusalem. Les exilés juifs déportés à  Babylone vivant sur les rives des fleuves de Babel après la destruction par Nabuchodonosor du Premier Temple et l’exil qui s’ensuit prêtent probablement ce serment en signe d’espoir, de nostalgie et de fidélité à l’égard de la Cité de David si convoitée par les Empires du monde.

Le substantif «main», sous-entendu dans le texte du Psaume 137, représente, selon la vision biblique, le symbole de la force par excellence. Cette absence notoire peut traduire l’attente de retrouver un jour Jérusalem sans  recours à la force armée comme l’annonce le  prophète Zacharie:

«זֶה דְּבַר-יְהוָה אֶל-זְרֻבָּבֶל לֵאמֹר לֹא בְחַיִל וְלֹא בְכֹחַ כִּי אִם בְּרוּחִי אָמַר יְהוָה»

«Ceci est la parole de l’Eternel à Zéroubavel: Ni par la puissance ni par la force, mais bien par mon esprit! dit l’Eternel-Tsevaot» (Zacharie 4, 6)

Le verset du psaume 137 n’est point sans rappeler le dernier fils de la Matriarche Rachel, BenYamin- .בִּנְיָמִין En effet, BenYamin- בִּנְיָמִין «le fils de la droite» (Gen. 49, 3; Ps. 21, 9; 118, 16) est le seul de tous les fils de Yaakov à naître en Israël. Par ailleurs, le terme «Yamin» indique, comme une boussole, le Sud (Ps. 89, 13), emplacement de la Ménorah (Ex. 26, 35), alors même que le Temple est érigé dans le territoire de la tribu de  BenYamin.

Avec la main droite,  canal de la bénédiction, le père bénit l’aîné des fils:

«וַיַּרְא יוֹסֵף כִּי-יָשִׁית אָבִיו יַד-יְמִינוֹ עַל-רֹאשׁ אֶפְרַיִם וַיֵּרַע בְּעֵינָיו; וַיִּתְמֹךְ יַד-אָבִיו לְהָסִיר אֹתָהּ מֵעַל רֹאשׁ-אֶפְרַיִם עַל-רֹאשׁ מְנַשֶּׁה.  וַיֹּאמֶר יוֹסֵף אֶל-אָבִיו, לֹא-כֵן אָבִי כִּי-זֶה הַבְּכֹר. שִׂים יְמִינְךָ עַל-רֹאשׁוֹ.» (בראשית מ”ח, י”ז-י”ח).

«Joseph remarqua que son père posait sa main droite sur la tête d’Éphraïm et cela lui déplut; il souleva la main de son père pour la faire passer de la tête d’Éphraïm sur la tête de Manassé et il dit à son père: “Pas ainsi, mon père! Puisque celui-ci est l’aîné, mets ta main droite sur sa tête.» (Gen. 48, 17-18).

Cette bénédiction patriarcale nécessaire et vitale au maintien d’Israël contre les Nations qui envahiront Jérusalem à plusieurs reprises est octroyée aux Fils d’Israël par Dieu agissant avec «sa Droite»:

« יְמִינְךָ יְהוָה נֶאְדָּרִי בַּכֹּחַ יְמִינְךָ  יְהוָה תִּרְעַץ אוֹיֵב»

«Ta droite, Seigneur, est insigne par la puissance; Ta droite, Seigneur, écrase l’ennemi» (Ex. 15, 6).

D’où apprenons-nous que la bénédiction relative à la protection divine se transmet par la droite? Le psaume 121, 5 répond à cette question:

» יְהוָה שֹׁמְרֶך  יְהוָה צִלְּךָ עַל-יַד יְמִינֶךָ« (תהלים קכ”א, ה’).

«C’est l’Eternel qui te garde, l’Eternel est ton ombre tutélaire, à ta droite»

«אִם אֶשְׁכָּחֵךְ יְרוּשָׁלָ‍ִם…»

«Si je t’oublie jamais, Jérusalem…»

«Si je t’oublie jamais, Jérusalem…» interpretation: Cantor de Tsahal Shay Abrahamson

Cordial shalom d’Israël,

Pour plus d’informations sur nos cours d’Hébreu biblique, CLIQUEZ sur ce lien.

Haïm Ouizemann

Haimo@eteachergroup.com

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>